Advertising
This content is not available in your region

Hyperloop, taxis aériens et véhicules autonomes : le futur du transport à Dubaï

euronews_icons_loading
euronews
euronews
Taille du texte Aa Aa

Alors que la métropole de Dubaï continue de se développer, l'infrastructure et le réseau de transports publics ont dû être étendus. En charge de cette mission : l'ATR, l'Autorité des transports et des routes, créée en 2005

"Dubaï est une ville de trois millions d'habitants, et nous recevons environ 20 millions de visiteurs chaque année. Notre priorité, au sein de l'ATR, c'est de faire en sorte que toutes ces personnes puissent se déplacer de manière sûre, mais aussi de manière harmonieuse et durable", explique Ahmed Bedrosian, le PDG de l'Autorité des transports et des routes.

En 15 ans, l'offre de transport a grandi, et inclutdésormais des réseaux de métro, de tramway et de bus, des bateaux-taxis et des services de chauffeurs, comprenant une flotte de voitures électriques. Mais ce ne seront bientôt plus les seuls modes de déplacement.

La ville développe depuis plusieurs années le Virgin Hyperloop, un train à très grande vitesse, où les passagers voyagent dans des capsules pressurisées, propulsées dans un tube sous basse pression.

L'Hyperloop est entré dans l'histoire le mois dernier à Las Vegas, dans le Nevada, alors que deux personnes l'ont utilisé pour la toute première fois, Ce projet de plusieurs milliards d'euros devrait permettre de réduire la durée du trajet entre Dubaï et Abu Dhabi à environ 12 minutes, contre plus d'une heure aujourd'hui.

"Il faut prendre des risques"

"Les nouvelles technologies sont vraiment l'épine dorsale de notre économie aujourd'hui, donc c'est tout à fait approprié pour nous", estime le Sultan Ahmed bin Sulayem, Président du conseil d'administration de Virgin Hyperloop et PDG de DP Worl, un investisseur important du projet. "_Je suis vraiment heureux et fier que nous puissions mettre deux personnes dans une capsule et qu'elles voyagent à une vitesse de 172 km/heure dans un tunne_l".

"Il faut prendre des risques et être le premier à adopter ce type de technologies. Bien sûr, il faut que le risque soit calculé. Mais nous avons prouvé dans le passé que nous étions prêts à prendre des risques. Nous avons, par exemple, réalisé le premier essai avec un Taxi Aérien Autonome, en 2017. Cela signifie que Dubaï a pour objectif de devenir l'une des premières villes au monde à disposer de ce genre de service", indique Ahmed Bedrosian.

"L'autre chose, c'est la flexibilité, ajoute le président de l'ATR. La prise de décision est extrêmement rapide dans notre ville, et nous sommes donc capables de nous adapter et de modifier nos réglementations et nos politiques très rapidement, pour pouvoir adopter ces technologies d'avenir".

Et pour préparer ces nouvelles mobilités, le gouvernement a créé le Conseil de Dubaï pour les futurs transports. Ce dernier vise à accroître l'utilisation des transports publics et la mobilité partagée. Il s'est aussi fixé comme objectif que 25 % des déplacements soient effectués par des modes de transport autonomes d'ici 2030.

L'Autorité des routes et des transports teste, elle aussi, ces différents véhicules autonomes. Dans un avenir proche, Dubaï prévoit de mettre en place un nouveau système ferroviaire suspendu, les Sky pods.

Vélos et motos électriques

Le désir de disposer de modes de transport plus respectueux de l'environnement, plus sûrs et plus confortables s'est accru ces dernières années. Mais avec la pandémie de Covid-19, les modes de transport personnels ont connu un regain de popularité. La demande pour les scooters et les vélos électriques s'est encore accrue.Les usagers les utilisent pour effectuer les derniers kilomètres les séparant de leur travail ou leur logement.

"Quand on regarde le transport personnel, on se concentre sur le premier et le dernier kilomètre. Les scooters ont ce côté pratique. Et pour les vélos électriques, il y a le côté santé. L'avenir de la mobilité, à mes yeux, c'est de rendre le transport facile pour le premier et le dernier kilomètre, estime Adam Ridgway, PDG de la société One Moto. Vous voulez savoir que lorsque vous sortez de chez vous, vous avez un véhicule que vous pouvez utiliser sur place. Et vous faites les kilomètres intermédiaire avec les voitures. Je pense que la mobilité partagée va être l'un des principaux axes de travail pour l'avenir."

Euronews
Une moto électrique de l'entreprise One MotoEuronews

En proposant une multitude d'offre de transport, la ville de Dubaï entend réduire les temps de trajet des usagers. "La beauté d'Hyperloop c'est qu'il permet de voyager en quelques minutes. La circulation dans les villes, les villages, les centres-villes est un énorme problème, raconte le Sultan Ahmed bin Sulayem. Les villes se développent et il y a une limite au nombre de routes et de métros que vous pouvez construire. L'hyperloop consiste à vendre du temps aux gens, car la seule chose que nous ne pouvons pas acheter dans le monde, c'est du temps. Les gens ne veulent pas être coincés dans la circulation pendant des heures. Et s'ils voyagent depuis des villes éloignées, cela leur prend beaucoup de temps. Et c'est une solution qu'apportera l'Hyperloop."

Alors que nos façons de nous déplacer évoluent, Dubaï entend bien mener la course pour proposer les modes de transports de demain.