Advertising
This content is not available in your region

Des requins aux tortues de mer - comment Dubaï protège sa vie marine et son littoral

euronews_icons_loading
Focus
Focus   -   Tous droits réservés  euronews   -   Credit: Dubai
Taille du texte Aa Aa

La tortue imbriquée est originaire du Moyen-Orient et est classée parmi les espèces en danger critique d'extinction. On estime qu'il ne reste que 8 000 femelles nicheuses dans le monde. Les kilomètres de côtes vierges de Dubaï abritent des dizaines de spécimens, que les défenseurs de l'environnement souhaitent préserver.

Dans l'émirat, des initiatives sont prises en ce sens, comme la création du sanctuaire de tortues de Jumeirah Al Naseem. Fondé en 2004, il a permis jusqu'à présent de sauver 1 900 tortues de mer, âgées de 3 à 100 ans.

"Nous avons construit un centre de réhabilitation en étroite relation avec les vétérinaires, le ministère du changement climatique ainsi que toutes les communautés locales pour récupérer les tortues qui sont blessées et qui s'échouent sur la plage" explique Tristan Delmas, directeur de l'hôtel Burj Al Arab.

"Nous les avons prises. Nous les avons soignées. Certaines d'entre elles sont opérées. Puis nous les mettons dans un lagon pour qu'elles puissent se rétablir avant d'être libérées" précise-t-il.

Le prince héritier de Dubaï, le Cheikh Hamdane ben Mohammed a lui-même assisté à la remise en liberté de jeunes tortues le 16 juin 2020, à l'occasion de la journée officielle de l'espèce.

Grande diversité de requins et de raies

De l'autre côté de la ville, l'hôtel Atlantis comprend un parc aquatique, l'aquarium Lost Chambers ainsi qu'un hôpital pour animaux, dont la principale mission est "la reproduction active", explique Rob Bennett. "Beaucoup de gens ne réalisent pas la diversité de requins et de raies que nous avons ici" ajoute le directeur de l'aquarium.

Ses équipes élèvent ces espèces avant des les relâcher dans la réserve marine de Dubaï, située à 40 kilomètres du complexe. Ce jour-là, cinq requins mâles et cinq femelles âgés de trois ans ont découvert la mer pour la première fois, dans une zone marine protégée.

"C'est une belle plage de sable, mais c'est aussi plein de mangroves et de récifs coralliens" explique Kelly Timmins, directrice de la conservation et de l'éducation de l'hôtel Atlantis. "Ces requins-chabot aiment se cacher dans les rochers et les crevasses. Il est donc important pour nous de les relâcher dans une zone où ils peuvent être en sécurité et où ils peuvent trouver tous ces recoins pour s'abriter" souligne-t-elle.

Objectif : créer la plus grande mangrove du Moyen-Orient

De l'autre côté de la réserve se trouve la toute nouvelle forêt de mangroves de Dubaï. Lors de la cérémonie à laquelle a assisté le ministre de l'environnement des Émirats arabes unis, de la végétation a été plantée et va continuer à se développer. L'objectif est d'y développer la plus grande mangrove du Moyen-Orient.

Cet écosystème abondant, qui comprend des récifs coralliens, des mangroves, des herbiers marins et une plage naturelle, est protégé et entretenu par le groupe environnemental marin de l'émirat.

Le major Ali Saqr Sultan Al Suweidi, président de l'Emirates Marine Environmental Group (EMEG), est à la tête d'un programme qui invite les écoles locales à des sorties éducatives afin de les sensibiliser à la conservation de l'environnement.