This content is not available in your region

​​Comment Dubaï chérit ses start-up

Access to the comments Discussion
Par Natalie Lindo
euronews_icons_loading
Target
Target   -   Tous droits réservés  euronews   -   Credit: Dubai
Taille du texte Aa Aa

​​En tant que hub reliant Orient et Occident, Dubaï dispose d'un accès aérien privilégié au reste du monde et accueille une population de toutes origines. Si autrefois, l'économie de la ville dépendait du pétrole, aujourd'hui celui-ci ne représente plus qu'1% de son PIB. Elle attire aussi bien les entrepreneurs en herbe que ceux plus expérimentés.

"Les entrepreneurs sont comme tout le monde : ils cherchent à s'installer dans un environnement agréable où ils peuvent avoir accès à des infrastructures scolaires et de loisirs et évidemment, là où ils peuvent facilement établir leur entreprise," assure Natalia Sycheva, responsable entrepreneuriat à la Chambre de commerce de Dubaï.

"J'ai bénéficié de beaucoup de soutien"

Cette organisation semi-gouvernementale offre un soutien aux créateurs d'entreprise. Sa branche dédiée à l'entrepreneuriat, Dubai Start-Up Hub a fourni une assistance à plus de 2000 entrepreneurs l'an dernier.

"Il y a différentes étapes dans le parcours entrepreneurial : de la conception de l'idée à l'enregistrement de l'entreprise jusqu'à son développement à l'international," fait remarquer Natalia Sycheva.

Par exemple, L’Couture, marque locale d'athleisure, une tendance qui mêle sportswear et luxe, a acquis en deux ans, une dimension internationale.

"Je me suis rendue compte qu'il y avait une immense place sur le marché pour des tenues de femmes actives confortables, de qualité et abordables et c'est ce qui m'a donné l'idée de lancer mon activité," explique Lyndsay Doran, sa fondatrice et PDG. "Je n'avais jamais créé d'entreprise auparavant, donc j'ai appris sur le tas ; mais j'ai bénéficié de beaucoup de soutien ici en tant que femme cheffe d'entreprise," reconnaît-elle.

euronews
Lyndsay Doran a lancé avec succès son entreprise à DubaïeuronewsCredit: Dubai

15.000 nouvelles licences délivrées au premier trimestre

Dubaï s'efforce non seulement d'augmenter le nombre de start-up qu'elle accueille, mais aussi de soutenir et développer ces entreprises pour qu'elles aussi deviennent des success stories.

Au premier trimestre de cette année, le département économique de Dubaï a délivré plus de 15.000 nouvelles licences, soit 19% de plus que l'an dernier sur la même période. Elles étaient destinées aux activités professionnelles, commerciales, touristiques et industrielles.

Autre structure qui peut être une aide pour les entreprises : la plateforme MAGNiTT qui scrute tous les investissements dans la sphère du capital-risque et des start-up.

"Les gouvernements, les entreprises à tous les niveaux s'intéressent beaucoup à l'innovation et aux start-up," indique Philip Bahoshy, son fondateur et PDG. "Donc quand ils élaborent leur politique ou essaient d'identifier de potentiels investissements, quand les start-up regardent quels sont leurs concurrents... Ce sont toutes ces données que nous essayons de rassembler pour aider à informer ces acteurs," précise-t-il.

Success stories

L'incubateur Intelak a été créé pour accompagner la création de start-up dans les secteurs de l'aérien, du voyage et du tourisme.

"Nous avons attribué à ces entreprises, environ 1,4 million de dirhams en fonds d'amorçage sans participation," précise Yousuf Lootah, directeur exécutif Développement et Investissement au Département du tourisme et du marketing commercial de Dubaï.

Dubz est l'une des success stories d'Intelak. "Il s'agit d'une entreprise qui prend en charge les bagages des voyageurs avant qu'ils ne se rendent à l'aéroport," indique Yousuf Lootah. "Nous l'avons aidée pour l'étude de marché et pour la définition d'un prix convenable," dit-il avant d'ajouter : "Du fait de cette initiative, Dnata Group a pris une part majoritaire dans cette entreprise : ce qui a permis l'ouverture de 90 hubs à travers le monde."

euronews
Dubz déplace l'aéroport là où résident ses clientseuronewsCredit: Dubai

Cadre légal et fiscal

Dubaï a récemment clarifié les procédures de pleine propriété pour les investisseurs étrangers.

"Je crois qu'aujourd'hui, c'est encore plus facile de créer une entreprise ici : le coût des démarches est moins élevé qu'avant," indique le spécialiste Philip Bahoshy.

"Ce que l'on constate clairement, c'est que quand on voit des success stories comme Careem ou Souq, elles sont une source d'inspiration pour la nouvelle génération qui essaie de créer des entreprises et de les imiter," estime-t-il.

Aux Émirats arabes unis, l'imposition est particulièrement faible : la fédération applique un taux d'impôt sur les sociétés nul et une TVA de 5%.