This content is not available in your region

Ils se sont lancés dans l'entrepreneuriat pendant et à cause du confinement

Par Euronews
euronews_icons_loading
Target
Target   -   Tous droits réservés  euronews   -   Credit: Dubai
Taille du texte Aa Aa

Les 18 derniers mois ont bousculé l’économie mondiale : le Covid-19 a bouleversé nos vies et des millions de personnes ont perdu leur emploi. Mais la pandémie a aussi déclenché une vague de naissances de start-up et a fait émerger une nouvelle génération d’entrepreneurs dans les principales économies d'Europe, aux Etats-Unis, au Japon et aux Emirats arabes unis.

En octobre 2020, 84 000 entreprises ont été crées en France, soit une hausse de 20 % par rapport à 2019. C'est le chiffre le plus élevé jamais enregistré. Certains l’ont fait par choix, mais le plus souvent aussi parce que le contexte les a forcés à se questionner et à rebondir ou retrouver un emploi.

A Dubaï, à l'instar de beaucoup de personnes, Melody Mok a perdu son travail dans l'événementiel l'année dernière à cause de la pandémie. "J'avais l'impression que mon monde s'écroulait et il y avait beaucoup de larmes". explique Melody Mok. "Je me demandais ce que j’allais devenir. J’ai fini par me dire que je pouvais soit sangloter, soit me relever et faire de ce problème quelque chose de vraiment positif".

Cette passionnée de fourneaux s'est donc penchée sur la tendance de la cuisine faite maison et a créé des condiments asiatiques à base de piment. En créant "Curious Elephant", elle dit avoir beaucoup appris et a trouvé un travail aussi gratifiant que stimulant.

"Si je n'avais pas été licenciée, je ferais probablement encore ce travail et je serais peut-être malheureuse. Au moins, maintenant, je suis épanouie. Je suis heureuse. Je n'ai jamais été aussi heureuse de toute ma carrière", explique-t-elle à Euronews.

Confinement, bricolage et vêtements d'intérieur

Avec le confinement, le bricolage et la décoration d’intérieur ont également gagné en popularité. Mostafa Elhrizi et son partenaire souhaitaient rénover leur appartement et cherchaient des solutions abordables. Ils ont découvert les carreaux autocollants, mais n'ont trouvé aucun endroit où les acheter à Dubaï. Ils y ont donc vu une opportunité de développer une activité dans ce domaine.

"Nous les avons installés nous-mêmes. Beaucoup de nos amis sont venus et étaient ébahis. Nous avons tout de suite pensé que cela pourrait potentiellement être une idée d’entreprise", explique Mostafa Elhrizi.

Ce qui n'était au départ qu'une micro-entreprise est devenu une entreprisse de services beaucoup plus larges, qui propose par exemple du vinyle pour transformer les cuisines et les salles de bains.

Pendant la pandémie, la demande de vêtements pour la maison a également augmenté. Brittany Sultani a fondé sa marque à Dubaï. Elle propose des vêtements confortables pour rester à la maison. Des produits qu’elle décrits comme éco-responsables.

"Au fil des ans, j'ai porté tellement de vêtements de prêt-à-porter que mon placard en déborde. Je voulais créer un concept durable et éthique avec des pièces qui durent longtemps", explique Brittany Sultani.

Sa marque Azuki s'est tellement développée l'année dernière que Brittany a même créé une deuxième entreprise, L'ustralia. "Nous devenons en quelque sorte une plateforme de commerce en ligne. Plusieurs marques seront présentes sur ce site : en plus d'Azuki, nous soutiendrons également des PME appartenant à des Néo-Zélandais et à des Australiens, et qui vivent ici aux Émirats arabes unis", précise-t-elle.