DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Alison Balsom, le triomphe d'une femme trompettiste

Vous lisez:

Alison Balsom, le triomphe d'une femme trompettiste

Taille du texte Aa Aa

Elle a apporté un peu de glamour à la trompette : Alison Balsom joue en tant que soliste à travers le monde, souvent accompagné par son Ensemble comme les concerts de l’Elbphilarmonie à Laeizhalle à Hambourg.

Cette artiste britannique de 32 ans fait figure d’exception dans un monde très masculin : “C’est quelque chose que j’apprécie la plupart du temps, les gens ne s’attendent pas à ce que j’ai une telle occupation, et ils sont très surpris quand je leur dis que je joue de la trompette. J’adore cette sensation de faire quelque chose que les gens ne pensent pas possible. J’aime ça !”

La trompette nécessite de bons poumons, de l’endurance, et le courage de se mettre en avant.
“Je pense qu’il faut être particulièrement extraverti pour jouer de la trompette, parce qu’on ne peut pas jouer de la trompette à moitié. On ne peut pas cacher ses lacunes à la trompette, c’est un peu un instrument pour se mettre en avant (de frime). C’est fabuleux, c’est un son extraordinaire et il faut beaucoup de force physique pour jouer de la trompette.”

Il n’y a pas beaucoup de répertoire pour un trompettiste soliste. Jusqu’au 19è siècle, il n’y avait pas de pistons sur la trompette, et ces pistons permettent d’avoir des notes qu’on ne pouvait jouer avant. C’est pour cela qu’il n’y a pas de concertos de Beethoven ou de Mozart écrit pour la trompette. Alison a décidé de franchir le pas en transcrivant des partitions composées pour d’autres instruments.
“Et bien le défi est que ces partitions n’ont pas été écrite pour cet instrument, et en même temps vous ne voulez pas trahir l’original. J’adore les pièces que je transcris et ce sont des chef d‘œuvre et vous ne le faite pas juste parce qu’il faut le faire. Vous voulez que ça en vaille vraiment la peine. (…) J’aime l‘époque baroque parce que c’est flamboyant, et il y a une certaine perfection. L’essentiel est parfaitement structuré et cela vous touche vraiment très profondément.

Mais dans son répertoire, Alison Balsom ne regarde pas seulement en arrière, elle se concentre aussi sur la musique contemporaine.
C’est pourquoi elle a demandé au pianiste Tom Poster d‘écrire pour elle. “Écrire pour la trompette présente de nombreux défis, parce qu’il faut prendre en compte la nature du trompettiste. Le joueur de trompette ne peut pas jouer inlassablement pendant des heures et de heures parce que c’est un instrument très fatigant à jouer, donc il faut structurer la musique très soigneusement”.

A l’avenir, Alison rêve de travailler étroitement avec d’autres compositeurs pour étoffer le répertoire de la trompette. “Dans dix ans, j’aimerai pouvoir dire que nous avons réussi trois œuvres, elles seraient formidables et elles deviendraient éternelles”.

Dans ce reportage vous pouvez entendre des extraits de : – Antonio Vivaldi : L’Estro Armonico, Op. 3, Concerto No. 3 in G Major for violin and strings – Tom Poster : Turn to the watery world – Astor Piazolla : Libertango – Manuel de Falla : Siete canciones populares
españolas – George Gershwin : I Got Rhythm