DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mahler : la "Tragique", par Pappano

Vous lisez:

Mahler : la "Tragique", par Pappano

Taille du texte Aa Aa

La Sixième symphonie de Mahler a lancé la saison classique à l’Auditorium de Rome. Il y a 100 ans cette année, s‘éteignait le grand compositeur venu de Bohème. A la baguette : le Maestro Antonio Pappano, qui dirige l’orchestre de l’Académie nationale Santa Cecilia.

“Ca commence par une marche. Vous pouvez l’imaginer arriver à la répétition, le manuscrit sous le bras, la tête baissée, très petit, avec sa grosse tête. Il marche avec détermination, à sa façon, complètement absorbé par ce qu’il est en train de faire. Vient ensuite cet air magnifiquement romantique qui évoque sa femme et le bonheur conjugal.”

“La Sixième symphonie incarne absolument la volonté, le désir de vivre et de se battre contre l’ultime obstacle : la mort.”

Baptisée la “Tragique”, la symphonie n°6 en la mineur a pourtant été composée dans une période dorée de la vie de Mahler : heureux en mariage, il venait de devenir papa et était un chef d’orchestre respecté à l’opéra de la Cour de Vienne. A cette époque, la capitale culturelle de l’Europe était en pleine ébullition littéraire, artistique et musicale.

L’orchestre de l’Académie Santa Cecilia est un des plus acclamés d’Europe. La contribution du Maestro Pappano s’est avéré vitale. Joli clin d’oeil à l’histoire : Mahler en personne a dirigé ce même ensemble à Rome à deux reprises, en 1907 et 1910 !

“Mahler est le seul compositeur qui n’a pas peur d’exprimer les facettes les plus profondes, les plus sales, les plus neurotiques de l‘âme humaine.”

“Si vous vous laissez happer, vous risquez de vous faire dévorer tout cru ! Donc, vous avez besoin d’un certain degré de discipline pour tenir jusqu’au bout. La sensation de jongler avec ces émotions en public, face à une audience, et pour les musiciens également, est unique.”

“Le dernier mouvement est une tentative de survie, et de vie.”

“Je pense que dans chaque symphonie de Mahler, quelle que soit l‘énergie du chef d’orchestre – et des musiciens – quand vous arrivez au dernier mouvement, vous vous sentez comme s’il vous restait 100 mètres à gravir pour atteindre le sommet de l’Everest, et vous vous demandez comment vous allez y parvenir sans faire une crise cardiaque !”

“On nous enseigne la discipline…. Mahler nous donne une chance d‘être de vrais êtres humains, avec tous leurs défauts bien en vue.”

Dans ce reportage, vous pouvez entendre des extraits de la Symphonie n° 6 de Gustav Mahler (premier, troisième et quatrième mouvements).

L’orchestre de l’Académie Santa Cecilia sera bientôt en tournée en Europe. Il se produira en Grande- Bretagne, en Grèce, en Allemagne et en Belgique, du 17 au 28 mars.