DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Concert d'été au Château de Schönbrunn

Vous lisez:

Concert d'été au Château de Schönbrunn

Taille du texte Aa Aa

Schönbrunn, résidence d‘été des Habsbourg, a toujours été renomée pour sa finesse et son raffinement.

Tous les ans, l’orchestre philharmonique de Vienne donne un concert d‘été gratuit dans les jardins baroques du château.

Pour cette huitième édition, l’orchestre a proposé aux spectateurs un grand voyage musical, avec Liszt, Paganini et Moussorgski.

Avec à la baguette, pour la deuxième fois, le célèbre chef d’orchestre russe Valery Gergiev.

“Je suis toujours heureux de diriger l’orchestre philharmonique de Vienne. Et à ce sentiment vient se greffer l’environnement et l’atmosphère fantastique. Donc vous vous sentez vraiment chargé émotionnellement. Il y a un certain mystère à jouer de la musique devant une telle foule”, avoue le chef d’orchestre.

Pour la plupart des spectateurs, c’est l’une des rares occasions d‘être aux premières loges et voir l’orchestre dans son ensemble.

“Je pense que c’est une bonne idée de donner au moins un concert gratuit par an. Nous avons une image d’orchestre cher et élitiste. J’apprécie beaucoup de jouer pour de très grand publics, qui prennent plaisir à venir et qui dans d’autres circonstances ils ne pourraient pas assister au concert”, dit le flûtiste Wolfgang Breinschmid.

Le concert d‘été est surtout un spectacle international retransmis dans plus de 60 pays. La réalisatrice Karina Fibich gère la couverture audiovisuelle de l‘événement.

“Il y a un concept qui se trouve dans les notes de musique, sur la partition. Pour faire la réalisation d‘événements musicaux il faut savoir lire une partition. Il faut tout préparer, répéter, changer ce qui ne fonctionne pas et enfin se lancer et aller jusqu’au bout”, assure Karina Fibich.

Karina Fibich utilise notamment cette caméra qui court le long d’un câble de plusieurs centaines de mètres et qui couvre toute la zone. La réalisatrice jongle avec quatorze caméras au total.

Au programme cette année un concerto de Niccolò Paganini. Le compositeur italien était réputé pour son extraordinaire talent au violon mais aussi pour la difficulté de ses œuvres.

Le soliste autrichien Benjamin Schmid a relevé le défi.

“Quand l’orchestre philharmonique de Vienne vous accompagne, c’est comme s’il y avait des chevaux de course derrière vous. Il y a tellement d‘énergie, tellement d’enthousiasme à travailler sur l’expression musicale, c’est vraiment incroyable” avoue le violoniste Benjamin Schmid.

Le concert d‘été s’est poursuivi avec “les Tableaux d’une Exposition”, du compositeur russe Modeste Petrovitch Moussorgski, la musique étant illustrée par une chorégraphie du ballet de l’Opéra de Vienne.

“Moussorgski était un musicien si brillant que même les musiciens qui font de la pop, – pas seulement aujourd’hui, il y a 10, 20, 50 et même 70 ans de cela–, ont ré-arrangé ses compositions. La musique est si prenante qu’elle vous emporte. Vous ressentez quelque chose qui est indescriptible. Et ce n’est pas seulement un autre concert. Il y a très peu de concerts chaque année ou vous pouvez donner autant pour autant de monde” explique Valery Gergiev.

Pour le prochain concert d‘été au château de Schönbrunn, l’orchestre philharmonique de Vienne sera dirigé Gustavo Dudamel.

Dans cette édition de Musica vous pouvez entendre des extraits de :

-Franz Liszt – Les Préludes

-Niccolò Paganini – Violin Concerto No. 1 in D major, 1st Movement (arr. Fritz Kreisler)

-Modeste Moussorgski – Les Tableaux d’une exposition