DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Monaco : entretien avec les futurs mariés à l'approche du mariage

Vous lisez:

Monaco : entretien avec les futurs mariés à l'approche du mariage

Taille du texte Aa Aa

Episode heureux dans la principauté de Monaco, le mariage princier se déroulera les 1er et 2 juillet 2011. Mariage civil puis cérémonie religieuse uniront officiellement Albert II, souverain monégasque de 53 ans, et Charlene Wittstock, ex-championne sud-africaine de natation de 33 ans.

Le rocher s’apprête à accueillir quelques 500 000 visiteurs et plus de 4300 invités :

têtes couronnées, hommes politiques, figures des arts ou de la mode.

Entretien d’Isabelle Kumar pour Euronews.

Euronews: Votre Altesse Mademoiselle Wittstock, merci beaucoup d’accueillir Euronews malgré un agenda très chargé. La date du mariage approche, et même si les préparatifs se déroulent bien jusque là, tout cela engendre du stress; vous semblez tout deux très calmes et sereins.

Prince Albert: Cela relève de nos caractères et de nos personnalités, je ne pense pas qu’on soit trop affectés ou nerveux en raison des préparatifs. Ca a été beaucoup de travail, ça l’est encore avec parfois des moments un peu difficiles, mais je pense qu’on les dépasse, et vous allez voir non seulement le Palais mais aussi Monaco se transformer dans les jours qui viennent.

Charlene Wittastock: Pour l’instant tout se déroule comme prévu. A peu près tous les objectifs qu’on a fixé sont atteints, il n’y a pas eu de contretemps majeur…

Prince Albert: Juste quelques détails d’organisation, non sur le plan cérémonial mais plutôt logistique.

Euronews: C’est un événement colossal, avez-vous pu y intégrer quelques touches personnelles?

Prince Albert: On a défini ensemble les grandes lignes…

Charlene Wittastock: C‘était un partenariat…

Prince Albert: Ensuite, Charlene, en tant que femme de bon goût, s’est davantage impliquée dans la décoration ou dans certains détails relevant de ce domaine.

Euronews: Quels détails par exemple?

Charlene Wittastock: Oh vous verrez. Je ne veux pas trop en dire. C’est une surprise. Le mariage se doit d‘être cette chose magnifique dont on ne discerne pas forcément tous les ingrédients.

Euronews: C’est un conte de fées dont rêvent les filles – beaucoup rêvent de devenir princesse -, est-ce qu’il vous arrive de vous pincer, de vous dire : c’est ma vie aujourd’hui, je ne m’attendais pas à ça?

Charlene Wittastock: Je crois que je ne réalisais pas vraiment ce qui se passait, et maintenant je vois l’intérieur du Palais changer, beaucoup de personnes s’affairent, ça va vraiment être un événement. Je le vis sereinement jusque là.

Euronews: Votre Altesse, il vous a fallu du temps pour trouver la femme de vos rêves. Vous arrive-t-il aussi de vous pincer et de vous dire : j’ai finalement trouvé celle qui sera à mes côtés pour le restant de mes jours?

Prince Albert: Non, le pincement ne s’est jamais produit, mais je suis très excité et comblé à l’idée que Charlene et moi soyons unis, et, je l’espère, le plus longtemps possible. Les choses arrivent au bon moment pour chacun de nous, en fonction de notre passé, de nos choix. Moi j’ai emprunté un chemin un peu plus long, mais il n’y a pas d‘âge limite pour se marier, c’est une décision personnelle, et c‘était une décision mutuelle.

Euronews: J’espère!

Vous allez faire partie d’une famille extrêmement célèbre, qu’est-ce que ça fait d’entrer dans la légende?

Charlene Wittastock: En ce qui me concerne j’ai beaucoup de respect pour le pays et le patrimoine que représente Albert. J’ai toujours dit que je ne marcherais jamais dans les pas de quelqu’un, j’ai toujours tracé mon propre chemin, rythmé par les compétitions de natation. Le temps nous dira où cela nous mène.

Euronews: Le sport joue un élément clé de votre relation, quels sont les autres ingrédients magiques? Qu’est-ce qui emplit votre coeur lorsque vous songez à votre future épouse?

Prince Albert: Elle est très généreuse, elle offre de son temps aux autres, elle leur tend la main, et notamment aux enfants, y compris les enfants handicapés. Elle a été élue ambassadrice de Special Olympics, une importante organisation qui a de grands objectifs, et je suis sûr qu’elle va remplir sa mission avec une grande passion et un grand coeur.

Euronews: Mademoiselle Wittstock, qu’est-ce qui vous émeut lorsque vous pensez à votre futur époux?

Prince Albert: Je me bouche les oreilles, je n‘écoute pas…

Charlene Wittastock: C’est une personne très compatissante, attentionnée, aimante, drôle, et même si nous n’avions pas fait cette route ensemble, on serait encore les meilleurs amis. D’ailleurs il est l’un de mes meilleurs amis. C’est quelqu’un de fiable, il m’offre son honnêteté, et notamment dans ses opinions… Qu’est-ce que je peux dire de plus, il est juste à côté!

Euronews: Je vous souhaite beaucoup de bonheur et vous remercie vivement de nous avoir accordé un peu de votre temps.