DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le combat de jeunes Turcs pour préserver le patrimoine culturel


generation-y

Le combat de jeunes Turcs pour préserver le patrimoine culturel

En partenariat avec

La Turquie est l’une des plus anciennes cultures d’Europe. Son patrimoine historique est inestimable.

Imaginez un instant que toute cette richesse soit engloutie par les eaux. C’est ce qui est arrivé à Allianoi, un site archéologique de l‘époque romaine qui a été inondé l’année dernière après la construction d’un barrage d’irrigation.

Durant des années, l’archéologue Ahmet Yaras a tenté de sauver le site. Une poignée de braves combattants d’horizons divers ont fait la route jusqu‘à Alllianoi pour le soutenir.

Parmi eux, Onur Karahan : “A la fin de ma première année d’architecture, quand je suis allé voir les résultats des examens à l’université j’ai aperçu une annonce. On y recherchait des étudiants pour faire des dessins dans le site d’Allianoi afin de le sauver d’un barrage”.

Nesrin Ermis témoigne également : “J’hébergeais des personnes intéressées par l’histoire et je les emmenais visiter Allianoi. Avec mes invités, j’ai assisté à l’inondation progressive du site”, explique-t-elle.

Ces jeunes n’ont ni les mêmes profils ni les mêmes parcours. Mais ils partagent aujourd’hui la même colère contre ce barrage, symbole, selon eux, d’une économie qui a effacé l’histoire. Hasbi Parlak estime qu’il y avait d’autres issues possibles : “Oui, il y avait des alternatives. Le barrage aurait pu être construit ailleurs, c‘était possible. Bien sûr l’eau est indispensable, on en est tous conscients. Mais il y a des alternatives.”

Ils ont perdu leur bataille, mais aujourd’hui ils remportent une victoire. L’initiative Allianoi est en effet l’un des 28 projets à avoir reçu cette année le Prix du patrimoine culturel de l’Union européenne. La fondation Europa Nostra a été chargée par la Commission européenne d’organiser la sélection.
“Ces sites archéologiques, ce patrimoine culturel, c’est notre futur, pas seulement pour les jeunes professionnels qui travaillent sur l’archéologie, l’architecture, le patrimoine… C’est le futur de la société elle-même. Les dénouements malheureux comme Allianoi peuvent démotiver les jeunes. Mais il ne faut pas baisser les bras. Il faut se tourner maintenant vers un nouveau défi”, souligne Baris Altan, le représentant d’Europa Nostra en Turquie.

Ces jeunes sont loin d‘être démotivés. Ils ne se lassent d’ailleurs jamais de raconter leur histoire. Leur combat pour sauver Allianoi a inspiré des milliers d’autres qui luttent aujourd’hui contre la construction de 1300 nouvelles centrales et barrages hydroélectriques dans toute l’Anatolie. Le site le plus connu, menacé par un barrage, est le village d’Hasankeyf. D’autres sites comme celui de Zeugma ont déjà été inondés.

A Allianoi, les autorités disent que le barrage ne fonctionnera que pendant 50 ans. Un mince espoir pour Hasbi Parlak : “Dans 50 ans, le lit du lac sera entièrement couvert de boue. D’ici là, j’imagine qu’il sera très difficile d’atteindre Allianoi. Mais si
c’est possible, je ferai tout pour aider Allianoi”.

“Les jeunes générations devraient mieux connaître leur passé. Les personnes qui ne connaissent pas leur histoire ne peuvent pas réaliser la valeur de leur vie actuelle et ils ne peuvent pas entrevoir l’avenir”, conclut Nesrin Ermis.

La video du site Allianoi a été diffusée avec l’aimable autorisation de Mehmet Güngör. Merci à Koma Azad pour la bande-son du sujet.

Le choix de la rédaction

Prochain article

generation-y

"Nous avons beaucoup à apprendre de la Chine"