DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Forum économique d'Astana: les perspectives de développement économique mondial dans un climat de transformation globale


target

Forum économique d'Astana: les perspectives de développement économique mondial dans un climat de transformation globale

En accueillant le Forum économique, Astana – capitale du Kazakhstan depuis seulement 1997 – est vantée par certains comme le «Davos de l’Asie centrale» et tente d’apposer sa marque sur l’avenir de l‘économie mondiale.

Alexander Shashkov, euronews:
“Pour le cinquième Forum économique d’Astana, 7500 délégués sont attendus, des scientifiques de renom, des lauréats du prix Nobel et des personnalités politiques. Leur objectif est d’apporter des recommandations aux gouvernements via une lettre ouverte qui sera adressée aux comités organisateurs du G-20, au Fonds monétaire international et au Nations-Unies”.

Le Forum d’Astana entend essayer d‘élargir le panel de pays décidant du sort de l‘économie mondiale. A donc été organisé un projet virtuel grâce auquel les participants au débat plancheront sur des questions liées au développement international, aux conséquences pour leurs pays et sur la façon de changer les choses.

“Le président kazakh a instauré la plateforme de communication G-Global. Le débat démocratique ne sera donc pas limité aux pays du G-8 ou du G-20, mais tous les pays pourront aider à trouver des solutions pour la mise en place d’un nouveau cadre économique et financier”, explique le Premier ministre du Kazakhstan, Kairat kelimbetov.

Outre cette initiative, le Kazakhstan est également à la recherche d’opportunités pour intégrer ses voisins à travers la Communauté économique eurasienne qui regroupe plusieurs ex-républiques soviétiques, l’Eurasec.

Son secrétaire général, Taïr Mansurov, assure que l’organisation intergouvernementale de coopération économique a aidé ces pays à résister à la crise économique et financière.

“Nous avons créé un marché commun viable comprenant 170 millions de personnes et comme sa création a été décidée par les chefs d’Etat en 2008, nous avions déjà dès 2009,un fonds anti-crise d’une capacité totale de 10 milliards de dollars. Ce fonds est une aide précieuse pour les pays membres qui éprouvent des difficultés budgétaires”, dit-il.

Egalement au menu de ce Forum d’Astana, l‘état actuel et futur de l‘économie mondiale. Le lauréat du prix Nobel d‘économie 2004, Edward Prescott, ne partage pas les répandues perspectives négatives sur l‘économie mondiale.

“Des crises financières auront lieu, ça arrivera, nous en avons eu dans le passé, 1980, 1990, vous pouvez remonter dans le temps. Elles peuvent être surmontées, il y a des perturbations temporaires.
La chose fondamentale est de savoir de quelle façon les gens sont productifs et comment la productivité augmente, car cela va déterminer la façon dont les revenus augmentent. C’est ce qui détermine les différences dans nos standards de vie, dans le temps et à travers le monde”, explique-t-il.

Autre idée débattue durant le Forum économique d’Astana, celle d’une monnaie mondiale pour remplacer le dollar.
Cette idée a le soutien du prix Nobel d‘économie, le canadien Robert Mundell. Il affirme que “les pays dont les échanges commerciaux sont liés au dollar ont beaucoup souffert lors de la chute de la devise américaine”.

En association avec le “Club économique eurasien des scientifiques”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

target

Ouzbekistan : croissance économique solide grâce au gaz naturel