DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le partage horizontal des connaissances


learning world

Le partage horizontal des connaissances

En partenariat avec

Argentine : “Yo sí puedo”

Río Cuarto dans la province de Córdoba au centre de l’Argentine. Entre montagnes et nuages, un quartier défavorisé a décidé de mettre en pratique, depuis 2010 et grâce à l’initiative de l’ONG “Un mundo mejor es possible” (UMEP), le programme d’alphabétisation cubain : “Yo sí puedo” – “Oui je le peux”. Les habitants du quartier sont donc de retour sur les bancs de l’école, à l’image de Zulma Pereyra : “Je pense qu’avoir la possibilité d’apprendre à bientôt 55 ans c’est comme une nouvelle étape, comme ce que peut ressentir un enfant.”

En dix ans le taux d’analphabétisme dans la province argentine de Córdoba est passé de
2,1% à 1,5%.

Qatar : les grands esprits se rencontrent

Une nouvelle journée de cours pour Rana, professeur de langue à l’Académie des Arts de Boston. Mais cette fois elle est à Doha pour aider ses pairs. Ses élèves enseignent tous dans différentes écoles du Qatar. Ils participent à un projet conduit par l’Académie des Arts de Boston et la Fondation du Qatar. Objectif de Rana, leur apprendre à élargir leur champ de vision en terme de pédagogie : “J’ai demandé aux enseignants, tout à l’heure, combien d’entre eux s‘étaient intéressés ou avaient étudiés les arts dans leur classe de langue étrangère. Et personne n’a levé la main. Ca m’a choquée, parce que je sais de mon expérience avec le français et l’italien que tout le monde fait le lien entre ces langues et les arts.”

Rana et ses deux collègues veulent encourager les 25 enseignants à examiner leur environnement et leur communauté avec un regard nouveau et ainsi promouvoir l’apprentissage par des projets en dehors des salles de classe.

Le projet touche également à la technologie pour fournir aux enseignants un éventail de ressources plus large. Une plateforme de connection en ligne entre classes sert par exemple d’outil de collaboration entre les écoles, les professeurs et les élèves partout à travers le monde.

Chine : main dans la main

Des élèves de l‘école européenne de Bruxelles, accompagnés de leurs parents, ont participé à une excursion pas comme les autres. Il ont parcouru 9000 kilomètres pour rejoindre Shangaï, en Chine.

Un long voyage baptisé “De Bruxelles à Shangaï, l‘école des migrants”. A l’origine de ce projet, un jeune élève, Marcello. Avec l’aide de ses camarades et de parents, il veut rénover cette école de la banlieue de Shangaï, fréquentée tous les jours par 800 jeunes Chinois qui ont migré de la campagne vers la ville.

Ils ont récolté 9000 euros pour la rénovation de l‘école. Objectif : réparer et repeindre la façade du bâtiment. Dans le même temps, ils partagent leurs expériences et leurs connaissances avec d’autres élèves d’une école internationale de Shangaï et avec un groupe d‘élèves de l‘école à rénover.

Sur ce projet, l‘école internationale de Shangaï, avec ses élèves bilingues anglais-chinois, fait figure de pont de communication entre les jeunes européens et les enfants de l‘école pour immigrés. Un échange culturel entre l’Est et l’Ouest que tous ces enfants n’oublieront sans doute jamais.

Prochain article

learning world

L'éducation verte