DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pays-Bas : balle au centre

Vous lisez:

Pays-Bas : balle au centre

Taille du texte Aa Aa

Les travaillistes s’imposent comme les futurs partenaires de coalition des libéraux, qui sortent renforcés de ce scrutin. Mark Rutte garde son fauteuil et devrait cette fois gouverner avec une majorité. Il aura été l’un des rares dirigeants à sauver sa tête en pleine crise de l’euro. Ainsi, la ligne des Pays-Bas est celle de la continuité. Ce pays, qui est l’un des très rares à avoir conservé son précieux triple A, devrait rester un allié de la très orthodoxe Allemagne.

En plaçant loin derrière les socialistes qui incarnent la gauche dure aux Pays-Bas et les populistes de Geert Wilders, les Néerlandais ont finalement refusé de céder aux sirènes anti-européennes. Les premiers rejetaient l’austérité en bloc, les seconds voulaient sortir de l’euro. Pour Wilders, la chute est vertigineuse. Il perd neuf sièges au Parlement.
Les Neerlandais restent fermement ancrés dans l’Union européenne. Reste à voir comment les deux partis vainqueurs vivront ce mariage forcé.

André Krouwel est politologue et enseigne à l’université d’Amsterdam. Au lendemain des législatives aux Pays-Bas, notre envoyé spécial, Olaf Bruns, l’a interviewé. Voyez l’interview en cliquant sur l‘écran.