DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Christiane Amanpour: "L'Europe est très importante pour les Etats-Unis"


Insight

Christiane Amanpour: "L'Europe est très importante pour les Etats-Unis"

Avec la crise économique, les questions nationales ont pris le pas sur la politique étrangère dans la campagne pour la présidentielle américaine.

Avec nous pour parler des gros dossiers de politique étrangère, Christiane Amanpour, d’ABC News, qui nous joint de New York. Quelle direction la politique étrangère va-t-elle prendre au cours des quatre prochaines années? L’influence américaine reste-t-elle aussi forte?

Christiane Amanpour:

Eh bien, il y a deux questions. Oui, l’influence américaine est encore forte, du fait que c’est la seule superpuissance. Elle a la plus forte économie du monde en dépit de la crise économique mondiale, et elle a de toute évidence, la plus forte armée du monde. Alors oui, on peut s’attendre à ce que les Etats-Unis gardent leur position dominante.

La vraie question est de savoir comment les États-Unis, quelque soit la nouvelle administration, que ce soit Obama ou Romney, vont-ils utiliser cette puissance, et où? Vont-ils opter pour le retrait à cause de la crise économique, comme les deux candidats l’ont dit : il faut se reconcentrer sur l’intérieur, remettre l‘économie sur les rails, ramener la croissance dans le pays… Quoiqu’il en soit, comme vous l’avez vu lors du débat de politique étrangère, il n’y a pas beaucoup de différence entre Romney et Obama sur les questions majeures.

Euronews:
La paix au Moyen-Orient est au point mort. Les relations avec Israël sont au plus bas. Peut-on s’attendre à une relance du processus de paix au Moyen-Orient et lequel des candidats est le plus susceptible de le faire?

Christiane Amanpour:

Eh bien, ni l’un ni l’autre, si je peux donner franchement mon avis. S’il doit y avoir un processus de paix au Moyen-Orient, il faut l’engagement à la fois des États-Unis et des parties en présence, c’est comme ça. Les Etats-Unis doivent vraiment être comme un troisième interlocuteur, un interlocuteur neutre qui soutient le processus, et il y a le gouvernement israélien, et l’Autorité palestinienne et le Hamas – Je sais qu’il n’est pas impliqué. Le fait est que les Palestiniens sont divisés. Cela étant dit, il n’y a aucune indication que l’un ou l’autre des candidats utilisera le poids de la présidence américaine pour insuffler un nouvel élan à la paix au Moyen-Orient.

Euronews:

Quelle est la plus grande menace pour les États-Unis? Est-ce que la principale menace pour la sécurité vient toujours du Moyen-Orient ou s’agit-il plutôt d’une menace économique, en provenance de la Chine?

Christiane Amanpour:

Évidemment, la Chine représente un enjeu économique. Mais en même temps, si la santé économique de la Chine est mauvaise, ça a aussi un retentissement sur les Etats-Unis et l’Europe, donc personne ne souhaite une baisse de la croissance économique chinoise. De toute évidence, les deux candidats veulent traiter le dossier chinois de sorte qu’il soit le plus avantageux pour les Etats-Unis. Mais dans ces échanges de politique étrangère, le président Obama a identifié le terrorisme comme la plus grande menace pesant sur l’Amérique dans le futur, et le gouverneur Romney a cité le nucléaire iranien comme la plus grande menace à venir.

Euronews:

Ce troisième débat présidentiel portait sur la politique étrangère, et la crise de la zone euro n’a même pas été mentionnée… Quel peut être l’impact de la crise sur les relations UE-Etats-Unis, en sachant que l’UE est le principal partenaire commercial des États-Unis?

Christiane Amanpour:

Et bien justement… ça a peut-être été une erreur. Le problème, c’est que la campagne électorale ne fait pas de la crise de la zone euro un dossier majeur. Mais même si le système européen ne joue pas dans une élection américaine directement, rappelez-vous que lorsque les États-Unis veulent agir quelque part dans le monde, citons seulement la Libye, qui appellent-ils en premier? La Zone euro, les Européens! Qui rejoignent-ils? Avec qui s’allient-ils? La Grande-Bretagne et la France, qui ont conduit l’action en Libye, rejointes par les États-Unis, et il y a eu un plus grand impact. Donc, de mon point de vue, l’Europe est très, très importante pour les États-Unis, même si elle ne joue pas un grand rôle, ni dans les débats présidentiels, ni dans la campagne.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

Ukraine : pas d'alternance en vue