DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mariage gay : la France divisée

Vous lisez:

Mariage gay : la France divisée

Taille du texte Aa Aa

Les uns sont pour, les autres sont contre. Et les deux camps font entendre bruyamment leur voix depuis quelques mois en France, à coup de manifestations et contre-manifestations.

Le projet de loi faisait partie des promesses du candidat Hollande. Mais au pays des droits de l’Homme, le droit pour tous de se marier, déjà reconnu dans 8 pays européens, ne coule pas de source.

Une division de la société française pas si claire que ça, puisque 65% des Français se disent favorables au mariage pour tous.

Le droit au mariage pour les couples homosexuels existe déjà aux Pays-Bas, en Belgique, en Espagne, au Portugal, en Norvège, en Suède, en Islande et au Danemark. Le projet de loi français est semblable à ceux y existant.

En détail: les personnes du même sexe auront selon le nouvel article 143 la liberté de se marier, ainsi que le droit à l’adoption qui en découle. Ils pourront ainsi, comme les hétérosexuels, soit adopter conjointement un enfant, soit adopter l’enfant du conjoint.

Les français pourront se marier avec un ressortissant étranger de même sexe. Deux ressortissants étrangers pourront se marier en France, même si la loi dans leur pays ne le permet pas-

Modification prévue pour tous, homosexuels et hétérosexuels: le nom de famille de l’enfant ne sera plus automatiquement celui du père, en cas de désaccord mais les deux noms accolés, dans l’ordre alphabétique.

Voilà pour la loi. Celle que dénonce les opposants au mariage gay. Mais, à voir de plus près les slogans dans leurs manifestations, le problème ne semble pas tant porter sur le mariage que sur la question des enfants.

C’est sur cette question là que le débat est le plus passionné. Et la France la plus divisée aussi, puisque seuls 49% des Français y sont favorables.

Le problème étant que l’on ne peut dissocier les deux puisque l’ouverture aux mêmes droits au mariage que les hétérosexuels induit forcément celui à l’adoption.

Une chose en revanche revient régulièrement dans ces slogans, à tort. C’est la PMA, le droit à la procréation médicalement assistée, qui elle ne fera pas partie de la loi. Elle sera débattue en mars, dans le cadre d’une autre loi plus vaste sur la famille et la bioéthique. La PMA est réservée en France aux couples hétérosexuels souffrant de stérilité. Elle est autorisée dans 9 pays, dont plusieurs limitrophes de la France.

> Sur le même sujet : La Belgique, pays de la PMA pour tou(te)s