Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

La bataille autour de la Politique agricole commune
close share panel

Partager cet article

Twitter Facebook
| Partager cet article
|

La Politique agricole commune (PAC) doit-elle encore une fois, se tailler la part du lion dans le nouveau budget de l’Union ? Faut-il profondément la remanier ou est-elle nécessaire à la sécurité alimentaire de l’Europe ?

Les négociations sont tendues au sujet de sa refonte. Bien que réduite, elle coûtera encore 50 milliards d’euros par an et représentera plus du tiers du budget de l’Union.

Le Commissaire à l’agriculture Dacian Ciolos subit la pression des agriculteurs, des consommateurs, des défenseurs de l’environnement, des Etats membres et du Parlement européen.

La France, première bénéficiaire de la PAC, doit répondre à des pays qui dans l’Est de l’Europe, se demandent pourquoi leurs vaches et leurs terres méritent moins de subventions. Des contribuables en colère veulent que l’on taille dans les aides. A Bruxelles, des agriculteurs et des consommateurs venus de plus de vingt pays européens ont organisé une “Good Food March” pour protester contre les propositions d‘évolution de la PAC.

Dans les pays en développement, on dénonce la concurrence de produits européens et américains à bas coût subventionnés. Comment réconcilier les intérêts divergents ? M. Ciolos est entre le marteau et l’enclume.

Connectés dans cette édition : – Roger Waite, porte-parole du Commissaire en charge de l’agriculture, Dacian Ciolos. Il rappelle que l’objectif de l’Union, “c’est d’avoir un meilleur système d’aide : mais comme ces versements directs constituent une part tellement importante des revenus des agriculteurs,” reconnaît-il, “on ne peut pas vraiment changer les choses du jour au lendemain.” Il insiste sur le verdissement des aides à l’avenir.

- Lee Rotherham, chargé de recherche à l’Alliance des contribuables britanniques qui pense qu’il faut en finir avec la PAC. Il a estimé à environ 470 euros, le coût annuel de la PAC pour chaque foyer européen. La baisse de 13% des dépenses agricoles – même si elles représentent à peu près 38% du budget européen total pour les sept prochaines années – ne va pas assez loin selon lui.

- et Ursula Hudson, présidente de Slow Food Allemagne et membre du Comité exécutif de Slow Food International. L’ONG voudrait que l’on mette au coeur de l’agriculture européenne, la production durable, à petite et moyenne échelle. Elle milite pour “une PAC plus juste et plus verte.”

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :
| Partager cet article
|