DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les familles royales européennes : archaïques ou modernes ?


i-talk

Les familles royales européennes : archaïques ou modernes ?

On les aime ou on les déteste. Nos têtes couronnées font l’objet d’intenses spéculations. Avec la reine Beatrix qui abdique aux Pays-Bas, les scandales de corruption en Espagne et un futur bébé royal en Grande-Bretagne, elles alimentent toutes les conversations. Pour contribuer au débat et répondre à vos questions, nous accueillons le biographe britannique Andrew Morton, l’un des plus célèbres spécialistes des familles royales.

Concernant l’abdication de la reine Beatrix aux Pays-Bas, Andrew Morton estime que “c’est une décision progressiste et moderne qui montre qu’une reine ou un roi n’est pas forcé de conserver son trône à vie et peut passer la main à une autre génération.” Quant à son dauphin Willem-Alexander, il semble avoir renoncé à son penchant pour la fête : “Il a apparemment changé de comportement, et ce grâce à une roturière : Maxima. Là encore,” souligne l‘écrivain britannique, “C’est quelqu’un qui n’est pas de sang royal qui a donné du volontarisme et un nouvel élan à la royauté.”

En Espagne, la couronne est beaucoup plus chahutée : elle est au coeur d’un scandale de corruption dans lequel le gendre du roi est poursuivi. “Il y a toujours eu des interrogations,” rappelle Andrew Morton, “sur la façon dont le roi Juan Carlos a constitué sa fortune parce qu‘à son accession au trône, il était relativement sans le sou ; on s’interroge aujourd’hui également sur la somme qu’il a hérité de son père, Don Juan et sur le fait qu’il ait ou non payé des droits de succession. Quand l‘économie est prospère, cela n’intéresse personne,” ajoute-t-il, “mais lorsque tout le monde est à un euro près, le coût de la monarchie et le sentiment que de l’argent a été détourné alimentent la désillusion à l‘égard d’une institution qu’on devrait respecter.”

En Grande-Bretagne, un heureux évènement royal approche. D’après le biographe, Kate et William pourraient bien avoir une fille : “Kate l’a laissé entendre”, assure-t-il avant de jouer les pronostics : selon lui, si c’est effectivement une fille, l’enfant pourrait s’appeler Alexandra et Diana pourrait être l’un de ses prénoms.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

i-talk

Croatie - UE : un nouvel entrant ambitieux