DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'éducation civique pour tous


learning world

L'éducation civique pour tous

En partenariat avec

Une étude récente de l’Association internationale pour l‘évaluation de la réussite éducative a pointé une diminution significative des connaissances en éducation civique chez les étudiants de certains pays. Pourtant, comprendre comment fonctionne la société civile et comment elle soutient la démocratie est vital. Pour renverser cette tendance, plusieurs approches sont explorées.

Prenons l’exemple de la simulation des Nations unies. A travers des jeux de rôle où ils endossent le rôle de diplomates représentant un pays ou une ONG, les adolescents expérimentent le débat sur des sujets épineux et explorent des questions politiques difficiles. Ils en apprennent plus aussi sur l’actualité, les relations internationales, la diplomatie et l’agenda des Nations Unies, en essayant de formuler des solutions aux problèmes du monde. Nous sommes allés à Lyon, en France, pour observer comment cela fonctionne.

Ces lycéens n’ont pas encore le droit de vote, mais se comportent déjà comme de vrais politiciens. Discours affutés et tenue correcte exigée pour toutes les délégations. A première vue, il s’agit d’une réunion des Nations Unies. Et pourtant il s’agit bien d’un cours d‘éducation civique. Un exercice grandeur nature. Deux jours durant, ils vont devoir trouver des solutions pour la planète. Débattre, se confronter, et argumenter.

Nous avons vu qu’apprendre à débattre est important mais apprendre à mettre ses idées en application l’est également. Le Danemark, avec sa forte tradition d‘éducation civique et son niveau élevé de participation dans les institutions civiles offre l’exemple d’un pays où tout un chacun a son mot à dire sur la façon dont les décisions sont prises. Voyons à présent certains projets et comment cela se traduit sur le terrain, quand il s’agit de concevoir les espaces urbains par exemple.

Ces quarante dernières années, le Danemark a entrepris des efforts considérables pour mettre en pratique un modèle de communauté orienté sur la citoyenneté. En participant, par exemple, à différentes assemblées de citoyens, les Danois apprennent à intervenir sur ce à quoi les villes devraient ressembler à l’avenir.

“Vinterbad Bryggen” est un club de natation d’hiver riche de 700 membres, longtemps dépourvu d’infrastructures. Un groupe de citoyens a trouvé le lieu et l’argent nécessaire pour réaliser une partie de leur rêve : l’extension du bassin du port de Copenhague, avec des saunas, un café et des infrastructures pour les baignades qui puissent servir aussi bien en été que pendant les longs hivers danois.

Qu’arrive-t-il si vous ne voulez pas des immeubles et de l’expansion urbaine mais que vous souhaitez une école pour vos enfants ? En Tanzanie, nous explorons à présent un projet communautaire qui consiste à fournir des infrastructures éducatives pour accroître la prise de conscience des enfants sur l’importance de leurs droits civiques.

C’est jour de fête dans une petite communauté massaï du village d’Esilalei à environ 120 km d’Arusha en Tanzanie. Deux nouvelles salles de classe vont ouvrir dans l‘école primaire de Laiboni et les enfants vont pouvoir les utiliser dès aujourd’hui.

Il y a 150 élèves dans cette école. Grâce à ce nouveau bâtiment, le directeur espère atteindre 200 élèves l’an prochain. Le président du comité de l‘école explique qu’ils recevront notamment un enseignement d‘éducation civique. Les enfants vont apprendre leurs droits, et la façon de les faire valoir.

Le choix de la rédaction

Prochain article

learning world

Les jeux sérieux, ou comment apprendre en s'amusant...