DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A la poursuite d'une forme de vie sur Mars

Vous lisez:

A la poursuite d'une forme de vie sur Mars

Taille du texte Aa Aa

Mars nous intrigue. Depuis les années 1960, des missions l’explorent et des robots l’ont survolé, arpenté et continuent de le faire. Bientôt, ils creuseront son sol en profondeur. Mais la grande question de l’existence éventuelle d’une forme de vie – que ce soit aujourd’hui ou par le passé – n’a pas encore trouvé de réponse.

Nos connaissances sur Mars ont pourtant, progressé à pas de géant au cours des dix dernières années. Mars Express de l’Agence spatiale européenne (ESA) contribue largement à ce succès. Le satellite vient de fêter ses dix ans de vol en orbite autour de cette planète. Grâce aux données qu’il collecte, les scientifiques peuvent élaborer des cartes animées en 3D de sa surface et déterminer les zones où l’on note certaines caractéristiques ou la présence de minéraux spécifiques. Savoir où se trouvent des argiles et des sulfates permet de mettre en évidence les zones où il y a eu de l’eau à une certaine époque. Une eau qui a pu être essentielle au développement de la vie.

Dans la droite ligne de la sonde spatiale Mariner 4 qui a fourni les premières images de Mars, des missions Viking puis des petits rovers, la Nasa a marqué un grand coup en posant Curiosity sur le sol martien l’an dernier. Ce laboratoire scientifique de 900 kilos, capable de prélever des échantillons de roche en sous-sol et de les analyser, ne recherche pas des traces de vie, mais des preuves d’habitabilité. Et ses recherches semblent porter leurs fruits : sur le site où il s’est posé, il a établi la présence à une certaine époque, d’une eau à la bonne température et avec l’acidité qui convient sur une période suffisante.

Autre élément d’information apporté cette fois par Mars Express : sous la surface de la planète, se trouvent de grandes quantités de glace, cachées sous de la poussière. La mission a aussi permis de déceler la présence de méthane. Autant d’axes d’investigation pour nos détectives de l’espace.

Ils seront bientôt rejoints par les équipes du programme européen ExoMars qui va lancer la première mission ayant pour objectif affiché, de trouver des traces de vie actuelle ou passée. En 2016, sera placé en orbite autour de Mars, un satellite conçu pour chercher la présence de méthane et d’ici 2018, un rover capable de prélever des échantillons jusqu‘à deux mètres de profondeur roulera lui aussi sur le sol martien, toujours dans l’objectif de dénicher une hypothétique vie sur Mars.

Mais aujourd’hui, les scientifiques n’en sont qu’aux suppositions : une forme de vie pourrait s‘être développée il y a environ quatre milliards d’années, peut-être dans d’anciennes vallées où de l’eau était présente pendant une longue période.