DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sam Eisho, le réfugié qui souhaitait rembourser l’Etat australien


monde

Sam Eisho, le réfugié qui souhaitait rembourser l’Etat australien

Sam Eisho, un immigré irakien, a fait un chèque de 18 600 dollars australiens à l’administration fiscale de son pays d’accueil afin de rembourser les aides qu’il a reçu à son arrivée. Il a pris soin de préciser qu’il souhaitait que cet argent soit, si possible, réinvestit dans les hôpitaux et les écoles.

Eisho a lui-même porté le chèque dans un bureau du Département des services aux personnes, ou Centerlink . Sa requête n’a pas été très bien reçue.

Le personnel, plus habitué à accueillir des personnes souhaitant recevoir de l’argent qu’à en donner, n’a d’abord pas su où le diriger. Son chèque et la lettre qui l’accompagnait ont finalement été envoyés à qui de droit par les services de Centerlink.

Il lui est revenu avec un courrier lui suggérant de plutôt faire don de cette somme, par exemple à des établissements de soins ou d’éducation si cela était son souhait.

« Ici il traite un être humain, comme un être être humain »

Sam Eisho, rencontré ces jours-ci par le journal Business Insider, explique que ce qu’il l’a motivé à rembourser l’état australien sont surtout les soins reçus par sa femme lors de la naissance de leur première fille.

Aujourd’hui âgé de 45 ans et chef d’une entreprise de construction de 40 salariés et plus de 100 sous-traitants, Sam Eisho explique: « je n’aurais rien pu faire sans le soutien de l’Australie ». Il ajoute « en 2009 ma situation était parfaite. Je me suis dit ‘il est temps d’aller rendre au pays ce que je lui dois’ ».

Sam Eisho est arrivé en Australie en mai 1999. Il avait fuit le régime de Saddam Hussein en 1996, se cachant avec sa femme dans des camions jusqu’en Turquie puis en Grèce. Ils font une demande d’asile en Grèce mais immigrent finalement de manière légale en Australie, parrainés par son oncle de M. Eisho qui y vit déjà.

L’article du Business Insider est publié alors que le pays vient de renforcer sa “loi contre les réfugiés clandestins”: fr.euronews.com/2013/07/19/australie-les-immigres-clandestins-dehors.

L’article ne manque pas de rappeler que « selon certains » nombres de migrants se gorgent des aides sociales : « [Sam Eisho] est une exception à ce que certains dépeignent comme une règle générale ».

Simple portrait d’un homme certainement honnête ou article politiquement orienté d’un homme pourtant honnête… ?

Prochain article

monde

"Plutôt mourir" : une jeune Yéménite fuit un mariage arrangé