DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Heinz Buschkowsky : "Un jour les hommes politiques se mettront dans la tête qu'on ne peut pas continuer comme ça"


monde

Heinz Buschkowsky : "Un jour les hommes politiques se mettront dans la tête qu'on ne peut pas continuer comme ça"

Le maire de Neukölln, un arrondissement de Berlin, est un invité régulier dans des talk shows et débats dans les média allemands. Avec son livre “Neukölln est partout”, il a attiré l’attention de tout le pays. Heinz Buschkowsky ne mâche pas ses mots en ce qui concerne les tentatives échouées d’intégration des immigrés et des problèmes dans son arrondissement, qui, avec plus de 300 000 habitants, est presqu’une ville dans la ville. Il accuse la classe politique allemande d’avoir fermé les yeux depuis des années vis-à-vis des problèmes d’intégration pour être “politiquement correct” en prêchant l’idée du multiculturalisme. Avec ces propos, il s’est fait des ennemis au-delà de son parti social-démocrate.

Dans notre interview, il décrit la situation et la vie à Neukölln, les valeurs traditionnelles, telle l’honneur de la famille, qui prévalent chez certains jeunes hommes de cet arrondissement et leurs familles issues de l’immigration. Voici quelques extraits :

“Chez nous, il y a de tout : des bacheliers aux résultats scolaires exemplaires, des jeunes qui veulent monter socialement, mais qui généralement cherchent à quitter le quartier dès la fin de leurs études. Un lieu où la faiblesse de l‘éducation et des formations est soutenu par le fait que les habitants viennent de régions où il n’y a pas d‘école et où les institutions de base comme la justice et la police n’existent pas. Donc ce n’est pas étonnant que ces personnes-là ont développé des systèmes pour se faire justice eux-mêmes. Et vous devez expliquer à ces gens que ça ne marche pas comme ça ici. Mais ils ne sont pas prêts à l’accepter.”

“‘Tout le monde s’aime’ – ‘ça va se régler tout de même’ – c’est ce que nous attendons maintenant depuis plus de 50 ans”, déplore Heinz Buschkowsky qui réclame un vrai changement du système. Il souhaite encore plus d’obligations pour les immigrés et leurs enfants : apprentissage de la langue allemande, crèche obligatoire à partir de 13 mois, école à plein temps, et non pas, comme aujourd’hui, jusqu‘à midi ou 14 heures. Il demande une plus stricte application de l’obligation scolaire.

“Chez nous actuellement, mal se garer est un infraction entraînant une sanction plus lourde que de ne pas envoyer son enfant à l‘école: dans ce cas, il ne vous arrive rien ; cela n’a pas de conséquences.”

“On ne peut pas avoir des gens qui survivent depuis trente ou quarante ans grâce aux aides sociales mais qui, en même temps, ne sont toujours pas capables de dire bonjour en allemand. C’est une forme de non-intégration dont je ne veux pas.”

Celui qui n’accepte pas les règles devrait être puni plus sévèrement selon lui : pas d’allocations familiales ni aide sociale dans ce cas-là, pas de virement sur le compte. “Mais dites cela en Allemagne et on vous fait immédiatement porter le képi brun des nazis !”

Malgré tout M. Buschkowsky est convaincu que cette “souffrance qui augmente” va permettre de repenser les choses. “Même M. Seehofer (homme politique du parti social-chrétien CSU) dit maintenant qu’il nous faut plus d’immigration. Pourtant, il y a six ou dix mois, il a déclaré que l’Allemagne n’est pas un pays d’immigration ! Un jour les hommes politiques se mettront dans la tête qu’on ne peut pas continuer comme ça”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un Airbus sort de la piste de l'aéroport de Bangkok, 14 blessés légers