DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Internet : lancement des premières extensions en caractères non-latins

Vous lisez:

Internet : lancement des premières extensions en caractères non-latins

Taille du texte Aa Aa

L’ICANN, régulateur mondial des adresses sur internet, a annoncé mercredi l’arrivée des premières extensions, ou « domaines de premier niveau générique » , en caractères non latins. Ils s’ajoutent aux vingt-deux extensions déjà existante (.com, .fr ou .org par exemple). Ils ont été ajoutés à la base donnée centrale du système des noms de domaine (DNS, Domain Name System), ouvrant la voie aux derniers développements techniques par les sociétés de registre qui gèrent les noms de domaine de second niveau (le ‘euronews’ dans www.euronews.com) pour que ces extensions fonctionnent concrètement.

Les quatre extensions sont شبكة (‘réseau’ ou ‘toile’), онлайн (‘en ligne’), сайт (‘site’) et 游戏(jeu).

« Ça a commencé : le plus grand changement d’internet depuis sa conception ! » s’est enthousiasmé Akram Atallah, président de l’ICANN lors de la conférence de presse organisée pour l’événement ; « dans les semaines et les mois qui viennent, nous allons voir arriver des nouveaux noms de domaine des quatre coins du globe, rapprochant des personnes, des communautés et des entreprises par des biais que nous n’avions jamais pu imaginer » a-t-il ajouté.

Ces noms de domaine ne seront accessibles au grand public que dans quelques mois, le temps que les sociétés de registre les mettent techniquement en place. Puis cette période sera suivie de trente jours laissés aux détenteurs de marques déposées pour éventuellement réserver l’extension pour leur nom de domaine.

Cette étape est la première d’un programme pour de nouveaux noms de domaines de premier niveau générique lancé il y a huit ans. Seront ensuite lancées de nouvelles extensions plus variées, allant du nom d’une entreprise comme .bbc ou .google en passant par des noms généralistes comme .news ou. Sport jusqu’à des éléments plus ciblés comme .baby, .rugby ou .lol. Ces extensions ont été proposées par des sociétés postulantes, tel Google qui en a déposé une centaine (.youtube, .gmail mais aussi .lol ou .wow). Elles sont écrites, donc, en plusieurs alphabets.