DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un lutteur égyptien au sommet du sumo

Vous lisez:

Un lutteur égyptien au sommet du sumo

Taille du texte Aa Aa

A seulement 21 ans, l’Egpytien Abdelrahman Ahmed Shaalan se dresse du haut de ses 189 cm et 146 kg, au sommet de la hiérarchie sumo. En effet, ce lundi, ce lutteur, le premier originaire d’un pays africain ou arabe, a été promu dans la division « makuuchi », la plus haute de ce sport nippon.

Pour Abdelrahman, plus connu sous son nom de combat Osunaarashi ou « Grande tempête de sable », le plus dur est à venir. « Je ne suis pas vraiment heureux, car je suis tendu », explique-t-il durant une conférence du presse. « J’ai encore beaucoup de travail à faire car les lutteurs de la division makuuchi sont forts. Je vais travailler dur pour établir mon style de sumo, m’améliorer. Je dois gagner en puissance aussi ». Bravache, il ajoute néanmoins « peu importe qui seront mes opposants, en tant qu’Osunaarashi, j’aurai raison contre tout le monde ».

La division qu’il vient d’intégrer compte 42 lutteurs, dont deux grands champions, ou yokozuma, qui sont tous deux Mongols. S’il n’est pour l’instant qu’avant-dernier de la division, c’est pour l’Egyptien une progression fulgurante.

Lui qui a commencé les combats en mars 2012 dans la plus basse division a atteint la deuxième division en mai 2013. A ce niveau, et ce malgré le mois de Ramadan durant lequel l’Egyptien, musulman pratiquant, a jeûné, ses résultats (vingt victoires pour dix défaites) lui permettent d’atteindre l’avant-dernier échelon des 21 qui composent la division makuuchi.

C’est la deuxième ascension la plus rapide de l’histoire du sport. Si Osunaarashi a atteint la division makuuchi en dix tournois, seul le lutteur japonais Jokoryu a fait mieux l’an dernier, en seulement neuf tournois. Osunaarashi est cependant le lutteur étranger, sur 39 ayant atteint la division makuuchi, qui a connu l’ascension la plus rapide.

(avec AFP)