DERNIERE MINUTE

Jeux vidéo : nouvelle polémique sur fond de sexisme

Vous lisez:

Jeux vidéo : nouvelle polémique sur fond de sexisme

Taille du texte Aa Aa

Les costumes du nouveau jeu vidéo des studios Crytek font polémique. Censé être un jeu de guerre multijoueur très réaliste, Warface met en scène des personnages féminins hypersexualisés.

Les hommes en tenues de guerre, les femmes en tenues sexy

« Pathétique », « ridicule », les adjectifs fleurissent sur la blogosphère. En ligne de mire : Warface, le nouveau FPS (jeu de tir à la première personne) des studios Crytek, sorti le 22 octobre dernier. Dans sa version russe, prétendument très réaliste, les personnages masculins portent des combinaisons blindées tandis que leurs collègues féminines arpentent les zones de guerre en tenues moulantes au décolleté plongeant. Une différence de traitement qui a provoqué de très vives réactions dans la communauté des joueurs.

Un bon nombre de sites spécialisés dans les jeux vidéos ont exprimé leur étonnement, sinon leur consternation quant à ce dérapage sexiste. Une simple recherche sur les moteurs de recherche avec les mots clés « warface » et « female soldier » permet de se rendre compte de la situation. Sur Kotaku.com : « La sniper couvre sa tête, mais pas sa poitrine ? Regarde plus bas, les hommes sont protégés par une armure ». Sur usgamer.net : « l’idée que les femmes dans les jeux ont des paramètres par défaut, et que ces paramètres sont “montrer plus de peau que les hommes” est franchement exaspérant ». Sur le site pcgamer.com : « Si Crytek voulait faire preuve de réalisme, alors leur design ruine complètement leur ambition ». En France, la gameuse féministe Mar_Lard a fustigé sur Twitter la misogynie des studios Crytek. Elle est par ailleurs l’auteur d’un (excellent) dossier sur le sexisme chez les geeks.

« Les mecs jouent aux FPS en ligne et les mecs aiment les nichons »

Dans une interview accordée à Wired UK, magazine spécialisé dans les nouvelles technologies, Joshua Howard, le producteur exécutif de Warface, explique que les développeurs se sont basés sur des sondages réalisés auprès des joueurs pour créer les costumes féminins. Les visuels ciblés par la polémique sont destinés aux Russes, mais à terme, chaque pays pourrait obtenir sa propre version de la femme-soldat. Le résultat est édifiant : poitrine opulente et apparente, maquillage prononcé et absence de gilet pare-balles. Pour Joshua Howard, ces variations de costumes ne sont pas misogynes, mais révélatrices des différences culturelles d’un pays à l’autre.

Sur le sujet sensible du sexisme, les gamers masculins sont partagés. Si certains comprennent et acceptent la nécessité d’un traitement équitable des hommes et des femmes, une frange plus radicale continue de trouver naturelle l’existence de ces stéréotypes. Sous un article de gameplanet sur le sujet, on peut lire en commentaire : « Les mecs jouent aux FPS en ligne et les mecs aiment les nichons, virer votre merde politiquement correcte quelque part où les gens s’y intéressent [sic] ». Bien que les jeux vidéos, première industrie culturelle mondiale, soient plébiscités autant par les hommes que par les femmes, les éditeurs se bornent pourtant à représenter ces dernières de manière caricaturale. Pour le site gamesindustry.biz, la situation n’est pas près d’évoluer : « Aussi longtemps que le mâle vicelard sera vu comme l’acheteur principal, peu de studios vont mettre en avant l’égalité et l’équité ».

Crédit photo : dossier de presse Crytek