DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les consoles de jeux vidéo étrangères de nouveau autorisées en Chine

Vous lisez:

Les consoles de jeux vidéo étrangères de nouveau autorisées en Chine

Taille du texte Aa Aa

La Chine a levé une interdiction vieille de 13 ans qui pesait sur les consoles de jeux vidéo étrangères. Sony, Nintendo et Microsoft se voient donc ouvrir les portes d’un immense marché potentiel.

Potentiel car des restrictions demeurent et les retombées économiques réelles sont très incertaines en raisons de nombreux obstacles.

Les producteurs étrangers de consoles devront fabriquer les consoles dans la nouvelle zone franche de Shanghai (ZFS) puis passer par une inspection des autorités culturelles, très sourcilleuses, avant de pouvoir les commercialiser. Or, aucune usine n’y est encore en mesure de les produire. Les produits risquent aussi d‘être taxés à la sortie de la ZFS.

“Les groupes ne pourront pas suivre le rythme des sorties (de nouveaux titres)” assez rapidement pour satisfaire leurs usagers, “à moins que la Chine ne réforme ses mécanismes d’approbation” souvent longs et tortueux, a commenté M. Yang Jiaxiang, expert indépendant pour un cabinet spécialisé. Les importations depuis l‘étranger de consoles de jeux restent toujours officiellement interdites.

Par ailleurs, le marché parallèle a eu le temps de se développer depuis plus d’une décennie. Il est aujourd’hui extrêmement facile de se procurer des consoles introduites de façon illicite dans le pays. Les jeux piratés sont bon marché, ce qui ne sera probablement pas le cas des jeux officiels. “Les ventes de consoles ne vont pas s’envoler, c’est impossible, il s’agit de produits de niche en Chine”, a expliqué Yang Jiaxiang.

Difficile alors de trouver sa place sur un marché déjà dominé par les plateformes de jeux en ligne, au côté d’une offre de jeux pour PC constamment renouvelée et accessible à peu de frais. Les jeux sur PC représentent, en effet, les deux tiers du marché du jeux vidéo en Chine. Ils sont de plus en plus talonnés par les jeux sur téléphones portables.

Malgré tout, le marché existe et les investisseurs ont réagi de façon enthousiaste : le titre de Nintendo a clôturé sur un bond de 10,76% mercredi à la Bourse de Tokyo, tandis que celui de Sony gagnait 1,38%. De même, à la Bourse de Paris, l‘éditeur français de jeux vidéo Ubisoft s’envolait de plus de 6% mercredi en cours de matinée.

Le chiffre d’affaires total du secteur chinois des jeux vidéo a bondi de 38% sur un an en 2013, à 83,2 milliards de yuans (10 milliards d’euros), selon une estimation de professionnels.

Pékin avait suspendu la vente des consoles de jeux étrangères en raison de leurs supposés effets négatifs sur “la santé mentale” des jeunes utilisateurs.

Avec AFP