DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Simone de Beauvoir, Doodle de Google

Vous lisez:

Simone de Beauvoir, Doodle de Google

Taille du texte Aa Aa

Romancière française et figure du féminisme, Simone de Beauvoir reçoit un hommage inattendu : celui de Google. En ce 9 janvier 2014 où la philosophe, décédée en 1986, aurait eu 106 ans, le moteur de recherche lui consacre un Doodle – littéralement, gribouillage -, un logo customisé qui apparaît de temps en temps sur sa page d’accueil. La philosophe y est représentée – regard déterminé et chignon noué – comme elle apparaît sur ces photos où elle pose aux côtés de son compagnon le plus célèbre, Jean-Paul Sartre.

Ce nouveau statut d‘égérie internationale marque l’importance de l’héritage qu’elle nous laisse. Simone de Beauvoir fait partie des penseurs les plus marquants du XXème siècle en France et ses idées restent au coeur des débats qui agitent nos sociétés actuelles. Les notions de liberté et d’autonomie des individus – en particulier des femmes – traversent son oeuvre.

Née le 9 janvier 1908 à Paris, la jeune Simone étudie les lettres, les mathématiques et la philosophie dont elle devient enseignante. Elevée au sein d’une famille pieuse, elle se forge très tôt des convictions athées et rejette le mariage. En 1945, elle fonde avec plusieurs intellectuels dont Jean-Paul Sartre, la revue “Les Temps modernes” tout en poursuivant son travail philosophique et littéraire. En 1949, elle publie son ouvrage le plus célèbre, “Le deuxième Sexe” dans lequel elle évoque la condition féminine et avance des thèses très progressistes. Pour elle, le rapport hommes-femmes est une construction sociale. Elle écrit alors, une phrase qui lui restera associée à jamais : “on ne naît pas femme : on le devient.”

Simone de Beauvoir signe notamment “Tous les Hommes sont mortels,” “Les belles Images” ou encore “La Femme rompue”, ainsi que plusieurs récits autobiographiques où elle retrace notamment sa conquête de liberté intellectuelle, amoureuse et sexuelle : “Mémoires d’une jeune fille rangée,” “la Force de l‘âge” et “la Force des choses.” En 1954, elle décroche le Prix Goncourt pour “Les Mandarins.”

Dans les années 70, la romancière nourrit l’idéologie féministe et participe au mouvement de libération des femmes en militant pour la reconnaissance des tortures faites aux femmes durant la guerre d’Algérie ou le droit à l’avortement.
Sur un plan personnel, son nom reste lié à celui de Jean-Paul Sartre avec lequel elle a entretenu une relation tumultueuse qui fascine encore aujourd’hui. Les deux amants reposent côte à côte au cimetière du Montparnasse.

En 2008, un Prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes a été créé en son honneur.