DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Bohème : le "ténor maltais" dans la peau de Rodolfo au Metropolitan Opera de New York


musica

La Bohème : le "ténor maltais" dans la peau de Rodolfo au Metropolitan Opera de New York

En partenariat avec

Dans une mise en scène intemporelle de Zeffirelli, la Bohème a pris place sur ​​la scène du Metropolitan Opera de New York. Dans le rôle du jeune couple amoureux, le “Ténor maltais”, Joseph Calleja et Maija Kovalevska, bien plus maintenant qu’une simple étoile montante.

“Puccini était un homme très malin, je voulais même utiliser un mot encore plus dur. Je veux dire que, pour Puccini, l‘âme humaine est comme une harpe, et avec sa musique, il parvient à toucher la corde sensible exactement au bon moment”, explique Joseph Calleja.

“La musique de Puccini brise le coeur. Vous ne pouvez pas rester indifférent quand toutes ces choses se produisent et elles sont réelles sur scène. L’histoire est si émouvante, si intelligible pour le public. Je l’ai vu aussi avec les enfants. Je me souviens d’une fois, quand j’ai reçu des courriers d’enfants après une performance, et qui disaient : “Oh, j‘étais si triste, quand tu es morte, j’ai pleuré à la fin”. C‘était si doux. Lors des séances en matinée, quand les enfants sont là, vous sentez les réactions, c’est tout simplement génial !”, se réjouit la soprano Maija Kovalevska.

“Quand j’ai commencé à chanter ce personnage, j’ai vraiment beaucoup aimé le premier acte, et puis j’ai adoré toute l’histoire, la façon dont ils se rencontrent, et comment Puccini écrit de façon magnifique tous ces sentiments romantiques. Le duo avec Rodolfo aussi et le deuxième acte, bien sûr. Maintenant que je vieillis les troisièmes et quatrièmes actes prennent plus de sens”, ajoute-t-elle.

“Elle veut dire qu’elle a 24 ans !”, plaisante le “Ténor maltais”.

“Ce n’est pas que je les aime davantage mais que peut-être je les comprends mieux qu’avant”, explique Maija Kovalevska.

“Pour moi, c’est un refus de grandir. Si Rodolfo voulait vraiment grandir – je veux dire qu’il sait que Mimi est malade, non ? – alors, pourquoi ne cherche-t-il pas un travail comme il le devrait ? Il sait qu’il ne s’en sortira pas en tant qu’artiste. Et c’est en cela que Rodolpho et moi sommes différents. Si Joseph Calleja était Rodolfo il n’y aurait pas de quatrième acte car je travaillerais d’arrache-pied pour payer un bon médecin et prendre soin de ma femme”, conclut Joseph Calleja.

Le choix de la rédaction

Prochain article

musica

Berlin rencontre New York à Dresde