DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Pas d'implication de Moscou dans les événements en Crimée" (ambassadeur à Bruxelles)


Insight

"Pas d'implication de Moscou dans les événements en Crimée" (ambassadeur à Bruxelles)

La situation en Crimée semble échapper au contrôle des nouvelles autorités à Kiev. Des hommes armés ont pris, dans la nuit de jeudi à vendredi, le contrôle de deux aéroports stratégiques de cette région, à Sébastopol et Simféropol. Et ils occupent toujours le siège du parlement local.

La Crimée est une région à majorité russophone. La Russie ayant des intérêts économiques et militaires en Crimée, est-elle impliquée dans les derniers événements ? Fariba Mavvadat, journaliste d’euronews à Bruxelles a posé la question à l’ambassadeur russe auprès de l’Union européenne, Vladimir Chizhov, qui dément.

Fariba Mavvadat, euronews : “ Monsieur l’ambassadeur, que ce passe-t-il dans les deux aéroport de Crimée où vos soldats seraient stationnées ? “

Vladimir Chizov, ambassadeur de la Russie auprès de l’Union européenne : “ Il n’y a pas de soldats. Pas de soldats russes en tout cas. l’aéroport international de Simferopol fonctionne normalement. L’aéroport militaire de Belbek fonctionne aussi probablement normalement. Certains civils disant représenter des groupes d’auto-défense de Crimée sont arrivés à l’aéroport de Simferopol dans la nuit, mais ils se sont retirés et rien ne s’est passé. “

euronews : “ Pourquoi pensent-ils qu’ils doivent défendre l’aéroport ? “

Vladimir Chizov : “ Ils ont vu ce qui s’est passé à Kiev et ailleurs. Ils ont entendu les menaces selon lesquelles des trains dits amis, chargés de militants armés de Maïdan, étaient en route pour la Crimée. “

euronews : “ L’atmosphère est de plus en plus tendue avec Mr Kerry, le secrétaire d’Etat américain, qui demande à la Russie de ne pas intervenir, de ne pas interférer, de ne pas occuper. “

Vladimir Chizov : “ Les Etats-Unis eux-mêmes ont une tradition d’interférence dans d’autres pays et d’envoi de soldats à l‘étranger, agissant selon leur propre mentalité. “

euronews : “ Est-ce que vous vous sentez menacé ? “

Vladimir Chizov : “ Nous défendons nos intérêts nationaux. En Ukraine, il y a de nombreux citoyens russes. Il y a beaucoup d’investissements russes dans l‘économie ukrainienne. Et oui, nous avons une présence militaire en Crimée qui est la flotte de la Mer noire et qui se trouve là depuis le 18ème siècle. “

euronews : “ Que ferez-vous si vous sentez que vous intérêts sont réellement menacés ? “

Vladimir Chizov : “ Je ne voudrais pas spéculer, mais nous suivons évidemment les développements de près. “

euronews : “ Le gouvernement ukrainien, les dirigeants, ont dit que l’installation de troupes en Crimée était – je cite – une invasion, une occupation par la Russie. “

Vladimir Chizov : “ Ces allégations sont sans fondement. “

euronews : “ Comment voyez-vous la réalité de la situation à présent en Ukraine ? “

Vladimir Chizov : “ L’opposition, qui a signé le 21 février un accord avec le Président Ianoukovitch, en présence de trois ministres des Affaires étrangères européens, n’a pas rempli ses obligations. Les groupes armés n’ont pas désarmé, les bâtiments administratifs n’ont pas été évacués, les événements au Parlement… “

euronews : “ Mais ce sont des représentants, et c’est le Parlement. C’est une démocratie. “

Vladimir Chizov : “ Qui dit démocratie dit élections. Et des élections ont eu lieu en Ukraine. D’ailleurs, ceux qui aujourd’hui essaient de décrire la situation comme la transition d’un dictature vers une démocratie sont les mêmes personnes, les mêmes pays, les mêmes gouvernements qui en 2010 avaient reconnu l‘élection présidentielle en Ukraine comme démocratique, libre et juste. Et le président Ianoukovitch avait été reconnu comme étant démocratiquement élu. L’Union européenne prévoyait même de signer un accord d’association avec lui et personne d’autre. “

euronews : “ Pour moi, c’est encore plus simple que cela. C’est une transition d’une forme de gouvernement vers une autre qui repose sur le Parlement. “

Vladimir Chizov : “ Ce sont effectivement des gens élus, mais un tiers d’entre eux ne participent pas. Il n’y a pas de représentants de la partie orientale du pays, de la partie sud du pays, et un nombre limité de factions politiques sont représentées. “

euronews : “ Comment voyez-vous le rôle des Occidentaux, de l’Union européenne et des Etats-Unis dans tout cela ? “

Vladimir Chizov : “ L’Union européenne et les Etats-Unis n’ont pas échappé à la tentation de prendre parti pour un camp. “

euronews : “ Mr l’ambassadeur, dans le pire des cas, seriez-vous prêt à entreprendre une action militaire contre l’Ukraine ? “

Vladimir Chizov : “ Je ne veux pas spéculer sur le pire, j’espère le meilleur. Je suis un optimiste né. “

Prochain article

Insight

L'Ukraine sur la voie du séparatisme ?