DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

David Cameron s'inquiète de la poussée des populistes de l'UKIP

Vous lisez:

David Cameron s'inquiète de la poussée des populistes de l'UKIP

Taille du texte Aa Aa

Jean qui rit, et Jean qui pleure. C’est en Grande-Bretagne que ça se passe. Nigel Farage boit du petit lait. Le parti qu’il dirige, UKIP, a raflé un second siège de député à six mois des élections générales britanniques. UKIP, anti-immigration et eurosceptique, surfe sur
la vague de défiance vis à vis de l’UE, incarnée en France par la percée du Front National.

Le Premier ministre fera tout pour reconquérir ce siège lors de la prochaine élection générale : “Seul un gouvernement conservateur peut assurer la reprise économique, dit David Cameron, et empêcher l’opposition travailliste de s’installer à Downing Street.”

Celui qui s’attire les foudres, c’est Mark Reckless, tout nouveau député de l’UKIP… et transfuge du parti conservateur. Il a changé de couleur politique, pour reconquérir son siège de député à Rochester, à 50 kilomètres au sud de Londres. Fort de sa poussée au niveau local, UKIP, Parti de l’indépendance du Royaume-Uni, rêve de gagner à travers tout le pays. L‘élection partielle d’hier confirme en effet le risque d‘éparpillement des voix aux prochaines législatives, les deux formations traditionnelles conservatrice et travailliste étant désormais menacées d’une érosion de leur électorat. Un phénomène qui rappelle d’autres tendances en Europe.