DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Suisse récupère une collection de tableaux volés par les nazis


monde

La Suisse récupère une collection de tableaux volés par les nazis

Le Musée des Beaux-Arts de Berne, en Suisse, doit se préparer à collectionner également les ennuis…Il vient d’accepter de recevoir le legs d’un collectionneur d’art allemand, Cornelius Gurlitt, décédé en mai dernier à l‘âge de 81 ans, mais cet héritage est très controversé car il comprend plusieurs tableaux volés à leurs propriétaires juifs par le régime nazi. En tout, le véritable trésor, estimé à un milliard d’euros, est constitué de 1 280 peintures, dessins et sculptures de grands maîtres comme Monet, Renoir, Cézanne, Degas, Delacroix, Courbet, Rodin, Dürer, Munch, Picasso, Chagall…Cette riche collection est sortie de l’oubli en 2012 après sa découverte par la police allemande dans l’appartement qu’occupait Gurlitt à Munich.

Les oeuvres avaient été amassées par le père du collectionneur, un marchand d’art au service des nazis qui avait été chargé, au cours de la Seconde guerre mondiale, d‘écouler à l‘étranger ce que le IIIème Reich qualifiait “d’art dégénéré”. Les musées allemands avaient ainsi été privés de tableaux prestigieux, d’autres avaient été achetés sous la contrainte à bas prix, dans le meilleur des cas, à des familles juives vivant en Allemagne, d’autres enfin avaient été volés dans les appartements et maisons vides des juifs déportés et exterminés dans les camps de la mort. L’héritier du pillage, Cornelius Gurlitt, vieillard solitaire sans femme et sans enfant, a fini par léguer la collection par testament au Musée des Beaux-Arts de Berne. Après réflexion, le plus ancien musée de Suisse a décidé d’accepter le délicat héritage.

Les 1 280 oeuvres d’art sont gardées dans un lieu tenu secret en attendant d‘être transférées à Berne. Pour limiter les problèmes juridiques qui risquent de s’accumuler au dessus de sa tête, le Musée des Beaux-Arts de la ville va laisser en Allemagne les pièces (près de 500) qui semblent avoir été volées, afin qu’une recherche soit faite pour retrouver les ayants droit. Le président du Congrès juif mondial, Ronald Lauder, a déjà mis en garde les autorités suisses. Les gouvernements d’Israël et des Etats-Unis font également pression sur l’Allemagne pour qu’un groupe de travail soit créé afin de restituer les tableaux aux familles spoliées. De son côté, une cousine du donateur, Cornelius Gurlitt, a annoncé qu’elle ne renonçait pas à ses droits sur l’héritage; selon le rapport d’un expert, le collectionneur souffrait “d’obsessions paranoïaques”, ce qui pourrait permettre d’invalider le testament. Cette petite histoire de la grande Histoire n’est donc pas terminée…

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

France : le littoral aquitain recule d'une dizaine de mètres