DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mobilisation contre le canal du Nicaragua


Nicaragua

Mobilisation contre le canal du Nicaragua

“Non au canal !”, “dehors les Chinois !” C’est ce que scandaient les centaines de Nicaraguayens qui ont pu atteindre Managua, malgré les autorités. Organisations environnementales et associations d’agriculteurs s’insurgent contre le projet de canal chinois dont le premier coup de pioche doit être donné le 22 décembre. Ce canal, qui relie le Pacifique à l’Atlantique, d’une longueur d’environ 280 kilomètres, va engendrer la destruction d’au moins 400 000 hectares de terres et risque de polluer le lac Cocigolpa, la deuxième plus grande réserve
d’eau douce d’Amérique latine.

“Si nous laissons les autorités déplacer les populations qui vivent sur le tracé annoncé du Canal, les exproprier, alors ça veut dire que personne ne sera jamais plus protéger dans ce pays. Et je crois qu’aujourd’hui, nous devons tous protester !” explique le député de l’opposition, Eliseo Nunez, du parti libéral indépendant.

“Nous ne voulons pas des Chinois au Nicaragua parce qu’ils vont s’immiscer dans l‘économie du pays. Nous avons faim et nous avons besoin de manger” clame un vieil homme directement visé par les expropriations.

Le gouvernement du Nicaragua, lui, met en avant les 40 000 emplois que va créer l’ouvrage, et surtout, son ambition de pomper dès 2020 une partie du trafic commercial qui passe aujourd’hui par le seul canal existant, celui du Panama.

C’est l’entreprise HKND, en main du milliardaire chinois Wang Jing, qui investit dans ce projet pharaonique.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Hong Kong : est-ce la fin de la révolte des parapluies ?