DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Poutine raille le comportement des Etats-Unis en Europe


Russie

Poutine raille le comportement des Etats-Unis en Europe

Un Vladimir Poutine déterminé à protéger les intérêts de la Russie, très critique envers les Etats-Unis et leur politique extérieure qu’il considère comme menaçante. Lors de sa conférence de presse annuelle de fin d’année devant un parterre de 1300 journalistes russes et étrangers, le président russe a eu des mots très durs à l‘égard de la Maison Blanche dont, je cite, les forces armées n’ont rien à faire en Europe, et à l‘égard de l’OTAN.

Extrait de cette conférence de trois heures :

“Est-ce nous qui avançons nos troupes vers les frontières américaines ou d’autres Etats ? Qui déplace les bases de l’OTAN et des infrastructures militaires vers la Russie ? Ce n’est pas nous. Est-ce-que quelqu’un nous écoute ? Est-ce-que quelqu’un a entamé un quelconque dialogue avec nous à ce sujet ? Non, personne. Nous obtenons toujours la même réponse : “ce ne sont pas vos affaires, chaque pays a le droit de choisir le moyen d’assurer sa sécurité”. Bien, d’accord, dans ce cas, nous ferons la même chose.”

Après avoir condamné l‘élargissement de l’OTAN, Poutine a dénoncé la mise en place du système de bouclier anti-missile américain. Sur l’Ukraine, il a dénoncé “l’opération punitive” de Kiev et proposé de jouer le médiateur.
A propos de la crise du rouble, il a dit croire à une “reprise inévitable d’ici deux ans” et promis une diversification de l‘économie russe.

Quant au respect des droits de l’Homme… A l’extérieur, une manifestation avait été organisée via les réseaux sociaux. Non autorisée, elle s’est soldée par l’arrestation d’une vingtaine de personnes par la police russe…

Dans un domaine plus privé, les 189 minutes de conférence de presse du président ont permis d’apprendre deux choses sur l’homme: il est amoureux et ne sait pas combien il gagne.

Séparé de la mère de ses deux filles depuis 2013, il n’a pas précisé qui partageait désormais sa vie, se contenant d’un: “Tout va bien, ne vous inquiétez pas”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Kenya : une loi controversée déchaîne la colère de l'opposition