DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turquie : un mandat d'arrêt contre Fethullah Gülen, accusé de vouloir faire tomber l'Etat


Turquie

Turquie : un mandat d'arrêt contre Fethullah Gülen, accusé de vouloir faire tomber l'Etat

Un mandat d’arrêt a été requis en Turquie à l’encontre de Fethullah Gülen, exilé depuis 1999 aux Etats-Unis.

Le pouvoir turc ne cesse d’accuser ce religieux d‘être à la tête d’une organisation terroriste armée qui voudrait provoquer la chute du gouvernement… Et selon Recep Tayyip Erdogan, le président turc, font également partie de ce complot des patrons de presse, des clubs de supporters de foot, des dizaines de policiers et de juges.

Dimanche dernier un vrai coup de filet a eu lieu dans le milieu des médias turcs, avec l’arrestation d’une trentaine de personnes. Ce vendredi, Ekrem Dumanli, directeur du journal Zaman, l’un des interpellés, a été remis en liberté. Son journal tire quand-même à un million d’exemplaires.

“Nous avons été interrogés par le procureur toute la nuit, a t-il déclaré. A la fin, je lui ai demandé si la raison du traitement que nous avons subi pendant des jours était juste ces deux articles et un sujet news. Il a répondu “oui”.

Hidayet Karaca, patron de la chaîne Samanyolu TV, restera, lui, derrière les barreaux. Il a été inculpé d’“appartenance et direction d’une organisation armée”.

Mercredi, un procès pour tentative de coup d’Etat a été ouvert contre des responsables d’un club de supporters du l‘équipe de foot de Besiktas. Leur tort, avoir participé aux grandes manifestations anti Erdogan à Istanbul en 2013.

Ces arrestations et procès “politiques” ont suscité de nombreuses critiques, et surtout de la part de l’Union européenne. “Mélez-vous de vos affaires”, a répondu Recep Tayyip Erdogan.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Obama : Sony Pictures a commis "une erreur"