DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Polémique en Grande-Bretagne : une infirmière atteinte d'Ebola a pu rentrer dans son pays sans être détectée

Deux personnes récemment rentrées au Royaume-Uni d’Afrique de l’Ouest ont vu leur test de dépistage au virus Ebola revenir négatif mercredi tandis

Vous lisez:

Polémique en Grande-Bretagne : une infirmière atteinte d'Ebola a pu rentrer dans son pays sans être détectée

Taille du texte Aa Aa

Deux personnes récemment rentrées au Royaume-Uni d’Afrique de l’Ouest ont vu leur test de dépistage au virus Ebola revenir négatif mercredi tandis que les procédures d’entrée dans le pays faisaient débat après le retour d’une infirmière contaminée. Une professionnelle de santé, tombée malade lundi dans les Highlands écossaises et transférée mardi à l’hôpital Aberdeen Royal Infirmary (nord-est de l’Ecosse) “a été testée négative au virus Ebola”, a précisé le gouvernement écossais dans un communiqué dans la nuit de mardi à mercredi. Un second cas suspect, qui était en isolement à l’hôpital Royal Cornwall (sud-ouest de l’Angleterre) depuis mardi matin, a également vu ses analyses revenir négatives au virus Ebola, a indiqué une porte-parole des services britanniques de santé publique. Ces deux cas suspects n’ont aucun lien avec l’infirmière contaminée à la maladie qui est actuellement traitée à l’hôpital Royal Free de Londres, après avoir été diagnostiquée positive lundi à Glasgow. Pauline Cafferkey travaillait pour l’ONG Save the Children au centre médical britannique de Kerry Town, en Sierra Leone, avant de rentrer au Royaume-Uni. Elle pourrait recevoir du plasma sanguin de personnes ayant survécu à Ebola, parmi lesquelles l’infirmier bénévole britannique William Pooley, qui avait lui aussi été contaminé en Sierra Leone, a indiqué Sally Davies, principale conseillère du gouvernement britannique pour les questions de santé publique. Le fait qu’elle ait pu embarquer à l’aéroport londonien de Heathrow pour un vol vers Glasgow, après avoir eu sa température prise à plusieurs reprises, était au centre des interrogations mercredi. “Elle a été autorisée à voyager parce qu’elle n’avait aucun symptôme du virus Ebola, notamment pas de fièvre”, a précisé Sally Davies. “Cela pose évidemment la question de savoir si nous devons être plus prudent”, a-t-elle ajouté. “C’est pourquoi nous étudions en permanence ce que nous faisons pour savoir si nous aurions dû être plus prudent, si c’est dans l’intérêt de la population et dans l’intérêt du patient”, a-t-elle poursuivi. La température de l’infirmière a été vérifiée à six reprises en une demi-heure à Heathrow et était à chaque fois normale, conduisant les autorités à la laisser embarquer sur son vol intérieur à destination de Glasgow. Après être rentrée chez elle en taxi, elle a eu de la fièvre et a alerté les autorités. Martin Deahl, un médecin britannique qui est rentré de Sierra Leone avec Pauline Cafferkey a critiqué les tests pratiqués à l’aéroport d’Heathrow, les qualifiant de “bordéliques”. “Ils n’avaient plus de kits de dépistage et ils n’avaient pas l’air de savoir ce qu’ils faisaient”, a-t-il déclaré au Daily Telegraph. Ce retour du virus Ebola en Europe intervient alors qu’au moins trois nouveaux foyers d‘épidémie ont fait leur apparition lundi dans le département de Kono dans l’est de la Sierra Leone. Le virus Ebola a causé en un an près de 7.900 morts dans plusieurs pays sur un total d’un peu plus de 20.000 cas enregistrés, à 99% au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, d’après un bilan de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) publié lundi.