DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gilles de Kerchove demande un registre européen sur les données des passagers aériens


Le bureau de Bruxelles

Gilles de Kerchove demande un registre européen sur les données des passagers aériens

Quelques jours après les attentats de Paris, le coordinateur de l’Union européenne pour la lutte contre le terrorisme Gilles de Kerchove a répondu à nos questions sur les mesures à mettre en place au niveau européen.

euronews : “ Est-ce que vous êtes satisfait des réponses que l’Union européenne va apporter, on parle beaucoup de la mise en place du registre pour les passagers aériens ? “

Gilles de Kerchove : “ Nous en avons absolument besoin. Au début du phénomène des combattants étrangers, on parvenait à identifier quelque chose comme 60% des candidats, donc il y en avait 40% qui passaient sous le radar et dont on s’apercevait qu’ils étaient en Syrie parce qu’ils mettaient leurs photos sur facebook ou sur twitter. Il faut augmenter ces 60%, et un moyen de les augmenter c’est le PNR (passenger name record). “

euronews : “ Le Premier Ministre français a réagi aux attentats cet après-midi en évoquant un certain nombre de pistes et notamment la mise en place de quartiers spécifiques pour les personnes qui endoctrinent dans les prisons. Votre réaction à ces propositions de Manuel Valls ? “

Gilles de Kerchove : “ Je pense effectivement qu’il y a un grand danger à mélanger notamment des gens qui reviennent de Syrie et des délinquants de droits commun, comme l’affaire Coulibaly l’a montré. Quelqu’un qui revient a un peu cet aura de vétéran, qui inspire, même s’il a fait simplement la vaisselle en Syrie, même s’il n‘était pas en première ligne. Il va inventer, se faire passer pour un héros, et donc il va en inspirer d’autres. Tout cela milite pour que l’on fasse plus, non seulement la séparation des jihadistes des autres, mais aussi des programmes de réhabilitation. “

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Europe : Schengen de nouveau questionné