DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

DSK, de la gloire à la chute


France

DSK, de la gloire à la chute

De futur présidentiable, Dominique Strauss Kahn est devenu en quelques années star des tribunaux.

L’affaire du Carlton pour laquelle l’ex-ministre français et ex-directeur du FMI risque en théorie gros, mais plus surement le non lieu, est une affaire complexe aux ramifications multiples.

Le 26 mars 2012 après plusieurs heures de garde à vue, DSK est mis en examen pour “complicité de proxénétisme aggravé en bande organisée” notamment. Depuis sa défense n’a pas varié d’un iota.

“Il déclare avec la plus grande fermeté n‘être coupable d’aucun de ces faits, et en particulier n’avoir jamais eu la moindre conscience que certaines femmes rencontrées pouvaient être des prostituées”, a rapporté son avocat Richard Malka.

Soupconné d‘être au coeur d’un réseau de prostitution, celui que les filles de ces “parties fines” décrivent comme “le roi de la fête” est rattrapé par cette affaire 5 mois après le début de l’enquête.

Aujourd’hui une autre enquête menée cette fois par des journalistes pourrait faire l’effet d’une bombe. Selon cette enquête, en effet, la participation de DSK à ces soirées auraient été connues depuis longtemps des plus hautes autorités de l’Etat- Nicolas Sarkozy en tête- par le biais d‘écoutes téléphoniques- illégales.

A quoi auraient elles servi?

Remontons le temps : à l‘époque, DSK est au sommet de sa gloire. Directeur du FMI, il est pressenti pour se présenter aux présidentielles de 2012. Largement favori des socialistes, il est aussi donné vainqueur face à Sarkozy dans divers sondages.
Il semble alors le seul capable de battre le président sortant.

Coup de théâtre magistral et traumatisme pour les Français, DSK apparait sur les chaines de télévision du monde entier en mai 2011, menotté à New-York. Il vient d‘être arrêté pour le viol d’une femme de ménage dans une chambre du Sofitel. La prison, le procès, l’opprobe, l‘étalage de ses pratiques sexuelles, le doute sur la valeur de l’homme.

Lorsqu’il rentre en France, “blanchi” après 4 mois, il essuie le mépris de nombreux Français. Sa carrière politique est finie. L’affaire du Carlton y mettra un coup définitif.
Même si un non-lieu était prononcé, DSK devrait finir sa carrière loin des meetings politiques. Reste à faire toute la lumière sur les dessous de cette affaire, judiciaires et politiques.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

"Dodo la Saumure" à propos de DSK : "il ternit un peu ma réputation"