DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Pologne réticente sur l'assistance militaire à l'Ukraine

Pour le ministre polonais des Affaires européennes, il n’est pas question de fournir aux Ukrainiens des équipements militaires létaux. Il l’a

Vous lisez:

La Pologne réticente sur l'assistance militaire à l'Ukraine

Taille du texte Aa Aa

Pour le ministre polonais des Affaires européennes, il n’est pas question de fournir aux Ukrainiens des équipements militaires létaux. Il l’a expliqué à euronews dans cet entretien.

euronews : “ Rafal Trzaskowski, vous êtes le ministre polonais des Affaires européennes. Vous êtes à Bruxelles pour préparer le prochain sommet européen le 12 février. Mais je voudrais vous demander de réagir aux nouvelles violences dans l’Est de l’Ukraine. Au moins 16 personnes ont été tuées. Quelle est votre réaction ? “

Rafal Trzaskowski : “ Evidemment, la situation sur le terrain se déteriore. Il y a des signes d’une escalade sans cesse grandissante
de ce conflit et évidemment, nous sommes très inquiets. “

euronews : “ Mais alors quelle est la solution ? Parce que la stratégie de l’Union européenne actuellement, c’est celle des sanctions. “

Rafal Trzaskowski : “ Les sanctions sont juste un instrument pour montrer notre détermination. Personne ne dit qu’il existe une solution magique pour tout. Nous savons qu’il est très difficile d’influencer la politique russe. Mais nous ne voulons pas prendre en compte la solution militaire, elle n’est pas envisagée parce que nous ne voulons pas déstabiliser davantage la situation. Nous devons utiliser les instruments qui nous avons à notre disposition. “

euronews : “ Fournir aux Ukrainiens les équipements militaires létaux qu’ils demandent, c’est hors de question pour vous ? “

Rafal Trzaskowski: “ Oui, pour l’instant. Comme je l’ai dit, nous ne voulons pas déstabiliser la situation, mais chaque pays doit analyser la situation et personne ne dira que certaines options sont tout à fait impossibles. “

euronews : “ Et pour vous, l’accord de Minsk est encore valable malgré ce qui se passe sur le terrain ? “

Rafal Trzaskowski : “ Il est valable dans le sens où nous mettons toujours la pression sur la Russie pour qu’elle commence à remplir ses engagements, mais évidemment, quand on voit ce qui se passe, il est difficile de rester optimiste sur la volonté de la Russie de faire ce qu’elle s’est engagée à faire. “