DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jordanie : le gros défi du roi Abdallah II

L’union sacrée autour du roi Abdallah et contre l’organisation Etat Islamique. Le meurtre du pilote jordanien a poussé les Jordaniens à se ranger

Vous lisez:

Jordanie : le gros défi du roi Abdallah II

Taille du texte Aa Aa

L’union sacrée autour du roi Abdallah et contre l’organisation Etat Islamique. Le meurtre du pilote jordanien a poussé les Jordaniens à se ranger derrière le gouvernement, donnant une légitimité populaire à la participation de leur pays à la guerre contre les djihadistes.

Mais le défi est énorme pour le roi Abdallah II. Il a promis vengeance à la famille du pilote, s’assurant le soutien des tribus, un pilier important de la monarchie hachémite et une source de soldats pour l’armée. Car la Jordanie a beau être un allié stratégique de la coalition menée par les Etats-Unis contre l’EI, elle est aussi un pays où le groupe djihadiste compte de nombreux appuis. Comme ici, à Maan. Sur ces images tournées le 29 octobre, on voit les graffitis de soutien à Daesh ainsi que le portrait d’Osama Kraishan, un jordanien tué en Syrie en janvier 2014.

D’autres y sont allés, et puis sont rentrés, comme Omar Mansour qui a combattu avec la branche d’Al Qaeda en Syrie.

“J’ai rejoint le djihad en Syrie en 2013 avec le front al Nosra, raconte-t-il. Je me suis battu contre les forces du régime en Syrie, mais je suis rentré en Jordanie parce que j‘étais malade.”

“Ce qui est arrivé à la Syrie nous a catastrophé, alors je suis allé faire le djihad pour l’amour d’Allah, pour que sa parole soit respectée”, ajoute cet autre ancien combattant rentré chez lui.

Depuis le mois de juillet, les drapeaux de l’Etat Islamique ont été retirés de Maan, mais la ville garde sa réputation de “Fallujah jordanienne”.

Même si le royaume n’a pas subi la contagion du printemps arabe en 2011, l’analyste politique Hassab Abu Haniyeh considère que les problèmes de fonds sont toujours là.

“Il y a des problèmes profonds en Jordanie, essentiellement de nature économique, mais aussi d’ordre politique et social, si les problèmes ne sont pas résolus, il y aura plus de foyers de développement pour l’EI. Le nombre de ceux qui rejoignent l’organisation est en hausse : avant le début du printemps arabe par exemple, le nombre de djihadistes ne dépassait pas quatre mille, maintenant on parle de neuf mille. “

On estime à 2000 les djihadistes jordaniens engagés en Syrie et en Irak, alors que le pays ne compte que 6,5 millions d’habitants.