DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

SHAPE ou comment réenchanter le son de l'Europe


generation-y

SHAPE ou comment réenchanter le son de l'Europe

En partenariat avec

Ce sont eux qui imprimeront le rythme de la société future. L‘éducation, la créativité et les rêves des jeunes sont porteurs de changement pour l’Europe et le monde. Bienvenue dans la nouvelle saison de Génération Y.

Des musiciens et des artistes sonores innovants réunis au sein d’une plateforme au service des jeunes talents partout en Europe. C’est à découvrir dans ce numéro de Génération Y.

Ketev est l’un des musiciens de SHAPE, une plateforme qui met en lumière le travail d’artistes sonores innovants à travers toute l’Europe.

Ketev, musicien :
“Nous sommes ici chez moi, dans mon studio. J’y passe de très nombreuses heures. Je suis en dernière année de master ‘Art et Media’. Avant cela, j’ai étudié deux ans la musique classique à l’université. Je joue de la contrebasse et à cette époque-là, je jouais dans un orchestre. Alors, me tourner vers la musique électronique m’a permis, en quelque sorte, de me libérer et de devenir indépendant. Je qualifierais ma musique de ‘post-électro’, car elle s’inspire de certaines esthétiques de l‘électro, même si c’est plus complexe que ça. En fait, c’est une musique très abstraite.”

Promouvoir des sons inédits et des expériences sensorielles nouvelles imaginés par des artistes émergents, c’est tout l’enjeu de SHAPE. Une initiative soutenue par le programme Europe Créative et présentée lors du dernier Festival d’art et musique CTM de Berlin.

Tous les ans et ce, jusqu’en 2018, plusieurs rendez-vous culturels à travers l’Europe donneront ainsi carte blanche à 48 jeunes talents de la scène sonore.

Face à un public réputé exigeant, les artistes SHAPE vont devoir redoubler de créativité. Mais, pas de quoi faire peur à Kathy Alberici :
“Je me retrouve à faire ce que j’appelle des ‘portraits sonores’. Mon travail comporte beaucoup de narration, je raconte véritablement des histoires à travers ma musique. Je m’intéresse aussi aux aspects neurologiques de la musique, ainsi qu‘à toutes les réponses psychosomatiques et synesthétiques liées à la musique.”

Rihards Endriksons est le coordinateur du programme SHAPE :
“Chacun des 16 rendez-vous SHAPE proposera une série de manifestations tout au long de l’année. Aimer écouter des sons nouveaux et voir des images nouvelles, voilà ce qui nous unit, ce qui nous pousse à improviser, à apprendre de nos errements et peut-être même au final, à nous surprendre nous-mêmes.”

Borusiade, une jeune Roumaine de Bucarest, s’est installée à Berlin, il y a 7 ans. Depuis 2002, elle joue dans des clubs. Pour elle, devenir une artiste SPAPE va au-delà de la seule présentation de son travail.

Borusiade, musicienne :
“Il est clair que les artistes femmes sont beaucoup moins présentes dans les clubs et sur la scène électro et c’est bien là tout le problème. Ça reste un domaine réservé aux hommes et il est très intimidant pour une femme d’y entrer. En ce sens, la plateforme SHAPE est très intéressante, car elle permet à de jeunes producteurs et productrices de partir en tournée et de décrocher des contrats.”

Les 2 prochains rendez-vous SHAPE auront lieu en avril au festival Cynetart de Dresde en Allemagne et au Rokolectiv de Bucarest, en Roumanie.

Rihards Endriksons, coordinateur SHAPE :
“Les jeunes croient que la popularité est un indicateur de qualité. En fait, je dirais plutôt que c’est l’inverse : quand ça devient énorme, on peut généralement dire que le meilleur appartient déjà au passé. Nous, ce que nous essayons de faire, c’est de capturer les choses quand elles sont encore sur le point d‘éclore.”

Retrouvez les sujets de Génération Y sur nos pages des réseaux sociaux.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Le choix de la rédaction

Prochain article

generation-y

Quand le cinéma devient support pédagogique