DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"The Other man", Frederik Willem de Klerk


cinema

"The Other man", Frederik Willem de Klerk

En partenariat avec

Pour beaucoup, Nelson Mandela est à l’origine de la fin de l’apartheid en Afrique du Sud. L’autre homme qui a oeuvré dans le même sens et fait libérer Mandela de prison en 1990 est moins connu. Il s’agit de Frederik Willem de Klerk.

Dans son documentaire “The Other man”, le cinéaste américain Nicolas Rossier revient sur le rôle de l’ancien chef d‘État sud-africain.

“Il y a Mandela et il y a toujours des photos de De Klerk et Mandela. Mais à chaque fois, c’est une histoire sur Mandela qui ressort, dans laquelle De Klek n’apparaît que quelques minutes. Je me suis demandé pourquoi. Et j’ai voulu comprendre ce qui s‘était réellement passé avec De Klerk”, explique Nicolas Rossier.
Pour Nicolas Rossier, ce documentaire était une chance de mettre en lumière un côté de De Klerk que beaucoup ne connaissent pas.

“Il y avait simplement une opportunité et je pense que De Klerk l’a saisie. Mais ce qui était intéressant, c’est que personne ne le connaissait vraiment, personne ne savait d’où il venait”, ajoute le cinéaste.

Mandela et De Klerk ont partagé le Prix Nobel de la Paix en 1993 pour leurs actions en faveur du démantèlement de l’apartheid en Afrique du Sud et de l‘égalité raciale. De 1994 à 1996, De Klerk sera l’un des deux vice-présidents de la République d’Afrique du Sud sous la présidence de Nelson Mandela.

Nicolas Rossier espère une chose, que “The Other man” serve la réflexion et la discussion sur des sujets encore aujourd’hui bien sensibles.

“Je pense que le film est un bon point d’ancrage pour lancer des débats sur le racisme et l’héritage de l’apartheid dont nous ne parlons pas réellement. Donc, dans un sens, je pense que c’est un film que de nombreuses personnes vont aller voir encore et encore et pas seulement pour le thème de la résolution de conflits, aussi à cause du racisme présent dans notre société”, conclut Nicolas Rossier.

“The Other Man” est en ce moment à l’affiche dans quelques villes américaines.

Prochain article

cinema

Will Smith tente la "Diversion" après le flop d'"After Earth"