DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un "plan Marshall" pour l'Ukraine


focus

Un "plan Marshall" pour l'Ukraine

Pour tenter de relancer une économie ukrainienne au bord du gouffre, un groupe comprenant notamment des hommes d‘État, des syndicalistes et des entrepreneurs a été formé.

Face à une inflation qui s’envole, un PIB en chute libre et une monnaie qui s’effondre, ils ont pour objectif d’attirer les investisseurs étrangers à l’aide d’un véritable plan Marshall.

L’Ukraine se trouve dans une situtation inextricable. Il faut absolument trouver de l’argent, mais les investisseurs étrangers sont très réticents.

“L’atout principal de l’Ukraine, c’est sa population, estime Laurence Parisot, ex-présidente du Mouvement des entreprises de France (MEDEF). Les ressources humaines sont absolument fantastiques et leur talent, leur éducation sont remarquables.”

Mise en place à Vienne, en Autriche, par l’homme d’affaire ukrainien controversé Dmytro Firtash, cette Agence pour la modernisation de l’Ukraine compte dans ses rangs d’anciennes figures politiques d’Europe ainsi que d‘éminents intellectuels, le philosophe français Bernard -Henri Lévy : “Pour construire une économie prospère, dit-il, il faut des fondations saines et des racines solides en termes de politique et d‘éthique.”

L’Agence pour la modernisation de l’Ukraine n’a pas l’intention de gêner les efforts du gouvernement ukrainien puisqu’ils ont essentiellement les mêmes problèmes-clé à résoudre : manque de transparence, économie souterraine et corruption.

“Outre les nécessaires mesures de régulation, lois…etc, il est important de convaincre les Ukrainiens ordinaires qu’ils n’ont pas à payer. C’est un message très simple, mais la plupart des gens n’y croit pas. Quand la majorité des gens partagera la même approche, cela portera un coup très dur à la corruption”, estime Wlodzimierz Cimoszewicz, ex-Premier ministre polonais.

Une fois ce “plan Marshall” sur pied, il s’agit de commencer à lever des fonds pour le mettre en oeuvre. Pour le Britannique Lord Richard Risby, l’Ukraine peut compter sur ses partenaires, à l’instar du Royaume Uni et du Premier ministre britannique : “Bien sûr, j’ai été en contact étroit avec son bureau, j’en ai parlé au ministre des Affaires étrangères, explique t-il. Bien sûr, ils sont impatients que des solutions à ce problème soient trouvées et dès lors, ils soutiennent notre initiative. Et j’ajouterai : tout comme nos amis Américains, avec qui j’ai également été en contact. L’Ukraine a des amis.”

L’Agence pour la modernisation de l’Ukraine espère réunir jusqu‘à 300 milliards de dollars dans son fonds d’investissement. Un fonds dont l’aspect financier sera géré par l’ex-ministre des Finances allemand Peer Steinbrück : “Il faut mobiliser du capital, déclare celui-ci. C’est un immense défi. Jusqu‘à présent, le Fonds monétaire international (FMI)et l’Union européenne se sont déjà engagés à soutenir l’Ukraine. Mais en ce qui concerne le “plan Marshall”, on parle de davantage d’argent. Pas en l’espace d’une année, mais d’ici quelques années.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

focus

L'Afrique, "Nouvelle Frontière" des investisseurs mondiaux