DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Marche œucuménique pour la paix à Bruxelles


Belgique

Marche œucuménique pour la paix à Bruxelles

Des milliers de personnes dans les rues de Bruxelles pour la paix, deux mois après les attentats de Paris et de Copenhague. Réunis pour une même marche, hier, les représentants religieux juifs, chrétiens, musulmans ont défilé aux côtés des laïcs pour défendre les droits de l’Homme et les libertés fondamentales.
“C’est très important d‘être solidaire et de faire passer un message à tous les pays, surtout les pays arabes, pour que le vivre-ensemble soit également pratiqué partout dans le monde”, a déclaré le président du Comité de Soutien aux Chrétiens d’Orient, Simon Najm.

“S’il y a eu cet appel pour cette marche, c’est qu’il y a un climat d’inquiétude. Je sais qu’une marche ne solutionnera pas grand chose, mais au moins c’est un signal, nécessaire. Malgré les inquiétudes, l’espoir existe”, ajoute Julien Klener, président du Consistoire Central Israélite de Belgique.
“On va tout faire pour arrêter cette radicalisation des jeunes, ici sur le territoire, que ce soit par la formation des imams, la formation des aumôniers au niveau des prisons, parce que la plupart du temps, cela vient des prisons. On va essayer de faire en sorte que l’encadrement des prisonniers soit meilleur”, insiste Noureddine Smaili, président de l’Exécutif des Musulmans de Belgique.

Selon Marta Vivas Chamorro, de notre bureau à Bruxelles, la Belgique est le pays d’Europe qui compte, proportionnellement à sa population, le plus de volontaires partis combattre en Syrie ou en Irak avec les groupes les plus radicaux. Les autorités ont identifié au moins 350 combattants djihadistes potentiels, et malgré l’absence d’une menace concrète, les institutions européennes et certains lieux sensibles restent sous haute surveillance par mesure de précaution.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un million et demi de Brésiliens crient "Dehors Dilma !"