DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Dix-neuf morts, bilan final de l'attaque du musée du Bardo à Tunis


Tunisie

Dix-neuf morts, bilan final de l'attaque du musée du Bardo à Tunis

L’attaque au musée national du Bardo à Tunis a fait au moins 19 morts, dont 17 touristes étrangers. Ce bilan, beaucoup plus lourd que le précédent, qui faisait état de huit morts, a été annoncé par le Premier ministre tunisien, Habib Essid, lui-même.

Outre les 17 touristes, un Tunisien et un policier ont également péri dans cette attaque, a ajouté le chef du gouvernement, et quatre Français ont été blessés.

Les forces de sécurité tunisiennes avaient libéré un peu plus tôt la totalité des otages qui se trouvaient à l’intérieur du musée. 

Deux des cinq assaillants ont été tués dans le raid de la police, les trois autres se seraient donc enfuis.

C’est la première fois en plus de dix ans que la Tunisie est le théâtre d’une telle attaque.

Le premier ministre tunisien Habib Essid :
“J’invite toutes les partis et les parties civiles à s’unir autour de nous pour lutter contre ce fléau, le terrorisme, qui vise la stabilité du pays. Nous sommes, et c’est notre devoir en temps que gouvernement, prêts à défendre notre pays”.

La prise d’otages a duré deux heures, elle a commencé par une attaque armée contre des touristes descendus d’un car et venus visiter le musée du Bardo, situé juste à côté du parlement tunisien. Les assaillants, vêtus d’uniformes militaires, se sont ensuite réfugiés à l’intérieur du musée et ont pris une vingtaine de touristes en otages.

Les forces de sécurité tunisiennes, déployées en masse, ont encerclé le bâtiment, qui abrite le parlement tunisien, lui aussi évacué.

Selon le porte-parole de la police, une centaine de touristes se trouvaient dans le musée lorsque l’attaque s’est produite.

Il y avait plusieurs enfants parmi eux.

A l’issue de la prise d’otages, et après évacuation des dernières personnes qui se trouvaient encore à l’intérieur, une foule s’est spontanément réunie pour acclamer les forces de l’ordre.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un an après, Poutine savoure le succès de l'annexion de la Crimée