DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Militarisation de la Mer Noire : la Russie inquiète l'Occident

Avant la guerre de 2008 entre la Russie et la Géorgie, la Mer Noire était une zone considérée comme propice à la coopération internationale. Depuis

Vous lisez:

Militarisation de la Mer Noire : la Russie inquiète l'Occident

Taille du texte Aa Aa

Avant la guerre de 2008 entre la Russie et la Géorgie, la Mer Noire était une zone considérée comme propice à la coopération internationale. Depuis l’annexion de la Crimée par la Russie il y a un an, c’est une zone militarisée. A la veille de cet anniversaire, des navires de l’OTAN ont jeté l’ancre dans le port roumain de Constanta pour participer à des manoeuvres d’entraînement. De quoi inquiéter Eden Mamut, secrétaire général du réseau universitaire de la Mer Noire. “ C‘était une région de vacances, une région riche de lieux agréables, de bons souvenirs, etc… C’est devenu une région de confrontation, de divisions, de toutes sortes de débats autour de questions historiques, “ regrette-t-il.

Pour la Russie, la Crimée a retrouvé sa maison. Mais elle a souvent changé de mains au cours de l’histoire, tour à tour perse, grecque, romaine, bizantine, turque, russe, soviétique et ukrainienne. L’historien Valentin Ciorbea explique : “ la Russie a occupé la Crimée en 1780 et s’y est établie au fil du temps. J’ai du mal à croire que dans un futur proche, ou même un futur lointain, la péninsule de Crimée sera autre chose qu’une région de Russie. “

Nous avons demandé aux habitants de Constanta comment ils vivaient les récents événements autour de la Crimée voisine. “ Je ne suis pas inquiète, je me sens en sécurité, je n’ai aucune raison de m’inquiéter, “ répond une retraité. “ Redessiner les frontières au XXIème siècle est une très mauvaise chose, “ la contredit un autre retraité.

L’eurodéputé roumain Ioan Mircea Pascu est l’auteur d’un rapport sur la militarisation de la Mer Noire depuis un an. La Russie l’inquiète.Selon lui, “ la crimée est pratiquement devenue la Kaliningrad du Sud. C’est une plate-forme d’où l’on peut lancer des opérations offensives non seulement dans la région mais aussi en plein coeur de l’Europe. “

Les navires qui n’appartiennent pas à des puissances riveraines de la Mer Noire ne peuvent y croiser que pendant 21 jours consécutifs. Les Américains, canadiens, Italiens et Allemands qui participent à cet exercice de l’OTAN devront donc lever l’ancre d’ici fin mars.