DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Intervision : quand l'Est aussi avait son concours de chanson

A la fin des années 70, en pleine guerre froide, le bloc soviétique veut concurrencer l'Ouest sur tous les terrains. La chanson ne fera pas exception : pour rivaliser avec l'Eurovision, le concours

Vous lisez:

Intervision : quand l'Est aussi avait son concours de chanson

Taille du texte Aa Aa

Au moment où les pays européens s’apprêtent à célébrer le soixantième anniversaire du concours de l’Eurovision, il convient de se souvenir de son rival venu de l’Est, disparu depuis, le concours de l’Intervision. Réponse soviétique au populaire concours de chanson, l’Intervision se tenait dans la ville polonaise de Sopot à la fin des années 70.
Attention, nostalgie…

De l’automobile aux réseaux de télévision, en passant par l‘électroménager et les instruments de musique, les industries du bloc soviétique ont à peu tout copié sur l’Ouest dans les années 70 et 80. Alors pourquoi pas le célèbre concours Eurovision ?

Intervision n’a connu que quatre éditions. Le cadre, pourtant, était magnifique. Cité balnéaire située sur la mer baltique, Sopot abritait déjà un festival de chanson depuis les années 60. Rebaptisé Intervision en 77, il allait désormais devoir faire concurrence au concours européen, alors en pleine explosion avec des futurs superstars comme Abba…

Interwizja

Les participants devaient être issus des pays de l’Union soviétique, du moins jusqu’en 1980, année où le concours a entrouvert ses portes.. Et c’est la Finlandaise Marion Rung qui a gagné.

Les participants, à la différence de ceux de l’Eurovision, n‘était pas limités à trois minutes de scène. Certains en ont profité pour donner de véritables concerts, comme Helena Vondrackova en 1978. (A noter, la savoureuse reprise du Sir Duke de Stevie Wonder, avec numéro de claquettes à la clé…)

Détail fabuleux : comment, à l‘époque, sans téléphone portable ni internet, mesurer la popularité d’un artiste en direct ? L’astuce est géniale… Les téléspectateurs, invités à regarder l‘émission dans le noir, devaient allumer les lumières chez eux s’ils aimaient la performance en cours ! Ne restait plus ensuite qu‘à mesurer la consommation d‘électricité pour chaque passage d’un participant et désigner le gagnant.

Las, le manque de confiance, les rivalités entre les Etats soviétiques et les dissensions politiques auront raison de l’Intervision. Surtout, la montée en puissance d’un jeune syndicat polonais, Solidarność, suscite la méfiance des autres pays membres de l’Intervision. Le concours ne peut dès lors plus se tenir en Pologne et connaît sa dernière édition en 1980.

Le festival de Sopot, lui, continue encore aujourd’hui.

Vladimir Poutine a bien pensé à relancer le festival en 2008, mais après beaucoup d’hésitations et d’atermoiements, c’est finalement cette année qu’il devrait faire son grand retour. La Russie participe tous les ans à l’Eurovision, mais la victoire de l’Autrichien Cinchita Wurst en 2014 a fait grincer des dents du côté du Kremlin...