DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Buhari provisoirement en tête de la présidentielle nigériane


monde

Buhari provisoirement en tête de la présidentielle nigériane

Deux millions de voix. C’est pour l’instant l’avance dont disposerait Muhammadu Buhari au Nigeria.

L’annonce des résultats de l‘élection présidentielle doit reprendre ce mardi matin.

Tout peut encore s’inverser car le dépouillement se poursuit dans un nombre substantiel des 36 Etats du pays, des Etats dans lesquels le président sortant Goodluck Jonathan pourrait faire le plein de suffrages.

Les deux camps s’accusent de fraudes électorales

Dès dimanche, des partisans de Muhammadu Buhari sont descendus dans la rue pour dénoncer des fraudes, accusant la commission électorale de “connivence” avec le Parti Démocratique Populaire (PDP) de Goodluck Jonathan.

Le porte-parole du PDP a rejeté ses allégations.

“Nous émettons nous aussi des réserves, et nous avons nous aussi des préoccupations dans certains Etats. Nous les avons recensées et nous étudions la meilleure manière de contrer ces erreurs et ce que nous percevons comme des anomalies”, indique Olisa Metuh.

La peur de violences comparables à celles de 2011

C’est donc dans un contexte de méfiance réciproque que les deux camps attendent le verdict.

L’union Africaine a appelé les protagonistes à recourir à des moyens légaux en cas de contestation des résultats.

En 2011, le scrutin avait été suivi d’affrontements entre les partisans des deux candidats, faisant un millier de morts.

Vers un second tour ?

Pour l’emporter, un candidat doit obtenir la majorité simple des suffrages ainsi qu’au moins 25% des voix dans les deux tiers des 36 Etats du pays et la capitale fédérale.

Si au moins une de ces conditions n’est pas remplie un second tour est organisé dans les sept jours suivant la proclamation officielle des résultats.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Rendez-vous manqué avec le consensus national en Grèce