DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le peintre des peintres

Vous lisez:

Le peintre des peintres

Taille du texte Aa Aa

Inutile de regarder la signature en bas du tableau. Vous savez qui c’est. Peintre officiel de la cour d’Espagne au XVIIème siècle, Diego Velázquez

Inutile de regarder la signature en bas du tableau. Vous savez qui c’est.

Peintre officiel de la cour d’Espagne au XVIIème siècle, Diego Velázquez fait l’objet d’une exposition exceptionnelle au Grand Palais, à Paris.

Velázquez, c’est simplement le plus grand peintre qui ait jamais existé. Et ce n’est pas moi qui le dit, c’est Edouard Manet, quelqu’un qui s’y connaît un peu, en peinture.

“La place de Velázquez dans l’Histoire, c’est celle d‘être le premier peintre de l’homme le plus puissant du début du XVIIème et dans l’histoire de la peinture c’est d‘être le “peintre des peintres”, comme l’a appelé Manet”, rappelle le conservateur Guillaume Kientz. “Il est celui qui va renouveler, régénérer la tradition de la peinture espagnole et notamment le genre du portrait. Il va rompre avec une tradition extrêmement froide, ennuyeuse du portrait royal pour y mettre de la vie, du réel, du présent.

“Cette magie que va mettre Velázquez dans ses tableaux, il va y parvenir en donnant l’impression que l’air circule autour des modèles”, poursuit-il.

Si on a le sentiment que l’air circule dans ces toiles, c’est parce que Velázquez choisissait des fonds neutres. Toujours au service du sujet, toujours au bénéfice de celle ou de celui dont il exécutait le portrait. Comme ici, avec lui-même.