DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Afrique du Sud : 4000 personnes contre la xénophobie


Afrique du Sud

Afrique du Sud : 4000 personnes contre la xénophobie

Ils sont venus dire non à la violence contre les étrangers. En Afrique du Sud, 4 000 personnes ont participé ce jeudi à une marche contre la xénophobie à Durban. Depuis une quinzaine de jours, le pays est confronté à une série d’attaques contre les immigrés africains. 6 personnes au moins ont été tuées, et de nombreux magasins pillés.

Ces violences ne sont pas nouvelles en Afrique du Sud. Elles sont entretenues par les inégalités héritées de l’Apartheid et le chômage, qui dépasse les 40 % dans certains quartiers. “Si on fait attention, en fait, nous les noirs, nous attaquons d’autres noirs, raconte un étudiant. Je n’ai jamais personne attaquer des blancs ou une autre race, c’est toujours des noirs qui attaquent d’autres noirs. Il est évident que les noirs ne veulent pas voir d’autres noirs réussir”.

Devant l’ampleur des attaques, de nombreux immigrés ont trouvé refuge dans des camps, à l‘écart des villes. Ils viennent du Mozambique, du Zimbabwe ou encore de République démocratique du Congo, comme Thircessi Baloyi. Il a été victime d’une attaque à Durban et porte plusieurs cicatrices sur la tête. “Je ne sais pas où aller à cause des problèmes dans notre pays. Je viens d’un pays en guerre et certains d’entre nous ont des problèmes dans leurs pays d’origine. Nous ne pouvons simplement pas décider de rentrer”.

Sur 50 millions d’habitants, l’Afrique du Sud compte aujourd’hui 5 millions d‘étrangers, essentiellement des migrants africains qui ont fui la guerre ou la misère.

Le président sud-africain Jacob Zuma a lancé un appel au calme et à l’arrêt des violences.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

A chaque jour, le récit de drames de l'immigration en Méditerranée