DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Kudsi Ergüner, le musicien-né du ney


le mag

Kudsi Ergüner, le musicien-né du ney

En partenariat avec

Rencontre avec le célèbre musicien turc Kudsi Ergüner, joueur de ney, la flûte traditionnelle.

Depuis quatre générations, le flûtiste perpétue une tradition musicale, celle du soufisme. Une tradition qui a su traverser les siècles et trouver sa place au XXIème.

“Si on adopte un point de vue moderne, on peut considérer que le soufisme est proche de la techno”, sourit-il. “C’est un genre qui attire beaucoup, notamment ceux qui, dans les pays musulmans, sont les plus occidentalisés.

On voit des gens tournoyer, des gens qui jouent du ney, des gens qui ressentent le soufisme. Mais ce qui est le plus important c’est de voir que certaines personnes s’intéressent à ce mysticisme alors qu’ils n’ont a priori aucune attache, aucun lien avec cette tradition à la base.”

“Ce dont il est question, c’est du mysticisme qui accompagne le soufisme. Ce mysticisme existait déjà en Andalousie, à l‘époque islamique. Un bel exemple est le poète Ibn Arabi, un Espagnol musulman d’origine arabe. De nombreux musiciens de flamenco lisent ses poèmes encore aujourd’hui.

“On n’essaye pas simplement de combiner le flamenco et notre musique.
On essaye de montrer que notre héritage culturel s‘étend de l’Espagne jusqu‘à l’Inde, bien au-delà de nos frontières politiques. Nous voulons montrer que la voix du soufisme peut et doit porter très loin.”

“C’est évident que les frontières culturelles sont très différentes des frontières politiques. Malheureusement, les dirigeants politiques, avec leur point de vue nationaliste, essayent d’avoir une culture unique qui résiderait dans leur territoire sans franchir leurs frontières…”

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

"Mon prochain album est un chef-d'œuvre", A$AP Rocky est de retour