DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Turquie dit "partager les souffrances" des Arméniens


Turquie

La Turquie dit "partager les souffrances" des Arméniens

Ce sont les mots prononcés par le porte-parole du Premier ministre turc Ahmet Davutoglu à quelques jours du centenaire du début du génocide sous l’Empire ottoman qu’Ankara nie catégoriquement.

Dans un communiqué, le bureau du chef du gouvernement turc présente ses “condoléances” aux descendants des victimes de ce drame survenu entre 1915 et 1917. “Défendre la mémoire des Arméniens ottoman et l’héritage culturel arménien est, pour la Turquie, un devoir historique et humain”, ajoute le porte-parole du Premier ministre turc. Une première messe sera organisée vendredi à Istanbul “à la mémoire des Arméniens”.

Ankara évoque des “massacres mutuels” et s’insurge systématiquement lorsque le terme “génocide” est utilisé. Dernier exemple en date avec le pape François qui s’est attiré les foudres des autorités turques pour avoir employé ce terme pour la première fois il y a quelques jours.

Une erreur selon le chef des Affaires religieuses en Turquie, Mehmet Görmez : “les chefs religieux de ce siècle ne devraient pas revenir sur les douleurs du siècle passé. Ils peuvent y prêter attention, je ne le critique pas, mais ils devraient avoir une lecture précise de l’Histoire et ne pas agir ou réagir sous l’influence de lobbys politiques”.

Pour les Arméniens, le 24 avril 1915 marque le coup d’envoi des arrestations et des déportations massives qui coûteront la vie à un million et demi des leurs dans le cadre d’une campagne d‘élimination systématique.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La Libye, passoire vers l'Europe