DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Budapest entend populariser la bande dessinée


le mag

Budapest entend populariser la bande dessinée

En partenariat avec

Le salon international de la bande dessinée de Budapest fête cette année ses onze ans. C’est un petit festival qui se tient sur une seule journée, car le 9ème art en Hongrie n’est pas aussi populaire qu’il peut l‘être en Belgique ou en France.
“Aujourd’hui les BD pour adultes ont une place plus importante sur le marché que celles pour enfants souligne Róbert Vass, l’un des organisateur. C’est plus difficile de vendre des bandes dessinées pour enfants.”

Il y a plusieurs dizaines d’années, les BD pour enfants avaient le vent en poupe, de nombreuses générations d’enfants ont même appris à lire avec. Mais à cette époque, il n’y avait pas autant de dessins animés ni de jeux vidéo. Aujourd’hui, ces générations continuent à lire des BD.

Pour certains, ce festival est l’occasion de porter les costumes de leur héros, pour d’autres, d’afficher leur talent : “Nous sommes dans la zone des artistes explique le dessinateur Gábor Molnár, une section qui a fait ses preuves au festival. Ici je dessine pour les visiteurs s’ils en font la demande. Je pourrais dessiner pour moi, mais je préfère le faire pour les autres car j’ai une provision de dessins à la maison. Là, j’ai dessiné un personnage féminin de ma prochaine série qui va bientôt sortir.”

Pourtant, les bandes dessinées les plus populaires parlent toutes de super héros y compris ceux qu’on n’imagine pas. Ainsi l’artiste néerlandais Typex a consacré sa dernière bande dessinée à Rembrandt, aux derniers jours de la vie du peintre : “Je pense que Rembrandt n’est pas un genre de super-héros, il est trop gras et trop vieux ! Mais il a certainement de super pouvoirs. Je n’ai rien contre les super-héros, mais je n’ai pas grandi avec eux, je suis plus dans la façon originale de raconter une histoire, et cela peut être n’importe quoi.”

La Tchèque Lucie Lomová, a débuté avec des BD pour enfants avant de se tourner vers les histoires policières. Comme la Hongrie, la République tchèque n’est pas très friande de bandes dessinées : “Nous sommes un pays qui a à la fois un petit nombre de lecteurs et un petit nombre de lecteurs de BD souligne-t-elle, il est donc difficile d’en publier dans notre langue. Mais en général, en République Tchèque, la situation est en train de s’améliorer. Et aujourd’hui, la bande dessinée connait un certain essor.”

Un essor de la bande dessinées en Hongrie, c’est aussi ce qu’espèrent les organisateurs de ce festival. Mais pas facile de rendre tendance cette culture. Ils misent sur la nouvelle génération.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Milan abrite l'Exposition universelle 2015